Forum des pays émergents : Les enjeux du 5e sommet

Forum des pays émergents : Les enjeux du 5e sommet

lundi, 25 mars 2013 22:47
Le Président de la République qui s’est envolé depuis hier, pour l’Afrique du Sud,prend part aux travaux ce matin. Le Président de la République qui s’est envolé depuis hier, pour l’Afrique du Sud,prend part aux travaux ce matin. Crédits: fratmat

Les états membres du Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se réunissent, les 26 et 27 mars à Durban, en Afrique du Sud. Le Président Alassane Ouattara y sera avec d’autres Chefs d’état africains.

Les pays émergents et la Russie, regroupés au sein du Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), se retrouvent demain dans la sympathique cité de Durban, quatrième ville importante du pays de Nelson Mandela composée en grande majorité de Zoulous et d’Indiens. C’est dans le cadre de leur cinquième sommet après le quatrième qui s’est tenu le 29 mars 2012 en Inde. Quels sont les enjeux de ces assises du Brics portant sur le thème:«Le Brics et l’Afrique, un partenariat pour le développement, l’intégration et l’industrialisation» ? Cette rencontre, qui se tient pour la première fois en Afrique, planchera sur plusieurs sujets touchant à la vie des principales économies émergentes du monde.

En vue d’accroître le partenariat Sud-Sud, ces Etats émergents ont à cœur de mettre en place un système bancaire qui pourrait se substituer aux institutions de Bretton Woods et accompagner leur développement. Ces institutions, le Fmi et la Banque mondiale, sont accusées d’être prises en otage par les pays occidentaux. Qui en font des instruments de domination et de néo-colonisation, dit-on au sein du Brics. Les participants à ce 5e sommet attendent qu’il prenne des mesures concrètes visant à accélérer la création de cette banque de développement appelée aussi «Banque Sud-Sud».

Les défis auxquels sont confrontés les Etats africains ont pour noms, entre  autres : l’insécurité politique, la recherche de la paix, le chômage, le développement, la pauvreté, les maladies. C’est la raison pour laquelle de nombreux observateurs estiment que l’Afrique du Sud, en tant que pays soucieux de son développement, devrait tirer un grand avantage de l’organisation de ce sommet sur son sol avec la présence annoncée de plusieurs dirigeants.

Le Président Jacob Zuma fait partie de ceux qui luttent pour plus de souveraineté des pays du Sud. Cette réunion sera l’occasion pour lui de réitérer ce combat et solliciter l’adhésion d’un plus grand nombre d’Etats aussi bien d’Afrique que des autres continents. La cérémonie solennelle d’ouverture, prévue aujourd’hui, donnera lieu à une série de déclarations. Dont celles des Présidents du Brésil, de la Russie, de la Chine, de l’Afrique du Sud, pays hôte, de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, président en exercice de la Cedeao ; du Tchad, Idriss Déby, président de la Cen-Sad et de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale.

En marge de ces travaux, auront lieu de nombreuses concertations bilatérales entre les dirigeants. Le Président Ouattara, qui est arrivé hier aux environs de 22 heures Gmt (00 heure en Afrique du Sud), aura, outre les audiences accordées à certaines  personnalités, une rencontre avec les Ivoiriens résidant dans ce pays à la recherche d’un mieux-être. Ce sont des travailleurs mais aussi des étudiants. Le Chef de l’Etat quitte Durban jeudi pour Abidjan.

Les quatre premiers sommets, faut-il le rappeler, ont eu lieu successivement à Yekaterinburg en Russie, le 16 juillet 2009 ; au Brésil, le 15 avril 2010 ; à Sanya en Chine, le 14 avril 2011 et à New Delhi en Inde, le 29 mars 2012. C’est en 2001 que l’idée de créer le Brics a germé pour prendre véritablement forme il y a moins de cinq ans.

Abel Doualy

Envoyé spécial en Afrique du sud

 

Lu 1396 fois Dernière modification le lundi, 25 mars 2013 22:52