Financement rural : La Coopec se signale

lundi, 30 juillet 2018 08:26
Financement rural : La Coopec se signale Crédits: DR

L’institution de microfinance, Coopec, a décidé de s’engager dans le financement du redouté secteur rural. Ainsi donc, l’agriculture, l’élevage, l’agri-business,  l’artisanat et autres activités connexes pourront bénéficier d’accompagnements financiers.

L’administrateur provisoire de l’Union des coopératives d’épargne et de crédit de Côte d’Ivoire (Unacoopec-ci), Issiaka Savané, en a donné des éclairages, le 19 Juillet, lors d’un déjeuner de presse à l’hôtel Belle côte.

C’est un programme conclu avec l’Etat. Et l’institution bénéficie d’un partenariat avec la Banque islamique de développement (Bid). C’est une enveloppe de 11 milliards de francs que cette Banque met dans la cagnotte.  L’opération sera menée conformément au système de financement participatif qui est le modèle d’intervention de cette banque en la matière.

Il y a d’ores et déjà un projet bien avancé dans l’ouest du pays. « Le projet va aider les populations vulnérables », soutient-il. Les populations potentiellement bénéficiaires sont estimées à plus de 60 mille personnes.

Si l’Unacoopec-ci bénéficie de la confiance de la Bid et peut se permettre d’apporter son appui au développement rural, c’est bien parce qu’elle a retrouvé l’embellie après les dures années qu’elle a connues du fait, principalement « des problèmes de gouvernance et de gestion (…) ». Des indications qu’Issiaka Savané a données, il apparaît clairement que les choses vont nettement mieux après cinq années d’administration provisoire. Les mesures de redressement menées portent leurs fruits.

La trésorerie qui était très étriquée, à sa prise de fonction en septembre 2013, s’est améliorée de manière exponentielle. Elle est passée de 2 milliards à 27 milliards de francs Cfa. De 15 Coopec, ce sont 75 qui font des excédents désormais. Cela fait 5 ans que l’Unacoopec-ci fait des excédents de 200 à 300 millions de francs Cfa. Et la trésorerie globale de la faîtière et du réseau a atteint les 40 milliards de francs Cfa.

Tout naturellement, l’embellie s’accompagne de la confiance des partenaires. Notamment, l’Etat. C’est dans cette veine que la faîtière des Coopec gère   de nombreux projets sociaux. Au nombre desquels, le Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (Fafci) initié par la Première dame.

Pendant les cinq années d’administration provisoire, il a fallu qu’Issiaka Savané et ses collaborateurs remplissent les missions qui leur étaient assignées. A savoir, la mise en conformité de l’institution aux normes en vigueur, le rétablissement de l’équilibre financier, l’amélioration du système d’information de gestion et de contrôle interne et la redéfinition de la mission de la faîtière par la création d’organe financier.

C’est dans le cadre de la mission de mise en conformité, que la décision a été prise de procéder à des fusions. Les Coopec non rentables sont transformées en agences ou guichets et rattachées à des Coopec-mères agréées. Au nombre de 24, ce sont elles qui constituent désormais le réseau avec sa toile de 135 points de service. Pour l’heure, ce sont 129 points de service qui ont fusionné autour de 23/24 Coopec. Deux ont refusé ce programme et s’excluent donc du réseau. Il s’agit de la Coopec-Cocody et Coopec-Guibéroua.   

ALAKAGNI HALA  

 

 

 

 

 

   

 

 

 

Read 212 times Last modified on lundi, 30 juillet 2018 08:29