Print this page

Emplois jeunes : Des chercheurs évaluent l’impact du Pejedec

samedi, 13 juillet 2019 12:41

Un atelier de restitution d’une étude d’analyse de sa mise en œuvre s’est tenu à l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody.

C’est en présence de Julie Shouldice, ambassadeur du Canada en Côte d’Ivoire que Franck Dogo, Dg du ministère de l'Emploi et de la Protection sociale, a salué le 11 juillet à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, l’impact du Projet emploi Jeune et développement des compétences (Pejedec) entre 2011 et 2015. C’était à l’ouverture de l’atelier de restitution de l’étude du Centre de recherche macroéconomique et de développement (Cremide) de l’Unité de formation et de recherche (Ufr) des Sciences économiques et de gestion (Seg) de l’institution universitaire, en collaboration avec le Centre de recherche pour le développement international (Crdi) du Canada et l’Agence emploi jeune.

Le satisfécit exprimé par Franck Dogo tient de ce que l’étude révèle que le Pejedec a fortement amélioré l’employabilité et les revenus des bénéficiaires. L’étude a montré que le projet a permis de faciliter l’accès des bénéficiaires à des stages et des emplois et qu’ils sont bien rémunérés. Toutefois, il ressort que la gent féminine a évolué plus lentement vers les contrats à durée indéterminée que les hommes.

C’est en cela que l’ambassadeur Shouldice s’est félicitée de l’étude, en ce qu’elle permet de mieux adresser les questions du genre et de la parité dans la mise en œuvre des politiques en cours ou à venir. Cela, dans tous les pays africains où le Crdi conduit le même type d’activité avec les institutions de recherche. Ce sont la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la RD Congo, le Sénégal et le Tchad. La diplomate a également dit avoir pris bonne note du souhait de l’Ufr Seg  - exprimé par Salif Koné, vice-doyen - de disposer d’une bibliothèque numérique et de bourses d’études au Canada.

Pour sa part, Yves Tohoré, conseiller technique du ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a dit sa fierté pour le bon résultat de l’étude. Il a aussi invité le corps enseignant au renforcement du climat social au niveau de l’université pour permettre à la Côte d’Ivoire de tirer pleinement profit de ses chercheurs.

ABOUBAKAR BAMBA