• Accueil
  • Economie
  • Economie verte : Signature d’accord tarifaire pour la centrale de biomasse Biovéa

Economie verte : Signature d’accord tarifaire pour la centrale de biomasse Biovéa

vendredi, 01 décembre 2017 01:08
Economie verte : Signature d’accord  tarifaire pour  la centrale de biomasse Biovéa Crédits: DR

Selon le directeur général de l’énergie, Cissé Sabati, cette centrale de biomasse va coûter 121 milliards Fcfa et aura une puissance de 46 MW avec 337 GW d’énergie/an.

Economie verte : Signature d’accord  tarifaire pour  la centrale de biomasse Biovéa

Le groupe Sifca, à travers sa filiale Biokala veut contribuer à renforcer la production d’électricité de la Côte d’Ivoire avec sa centrale de biomasse, dénommée Biovéa, qui sera réalisée dans la région d’Aboisso. Pour cela un accord tripartite portant sur le prix de cession de l’énergie produite par cette centrale, a été signé, ce jeudi 30 novembre , à Abidjan Plateau, entre l’Etat (Le ministre du pétrole, de l’énergie et du développement des énergies renouvelables Thierry Tanoh ; Le ministre de l’Economie et des Finances Adama Koné; Le ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement Durable Anne Désirée Ouloto), Biokala et la Société d’électricité de France (Edf)

Selon le directeur général de l’énergie, Cissé Sabati, cette centrale de biomasse va coûter 121 milliards Fcfa et aura une puissance de 46 MW avec 337 GW d’énergie/an.  Elle sera alimentée par les résidus de palmiers à huile  évalués à plus 400.000 tonnes/an. Pour le directeur général de Biokala S.A, David Billon, Biovéa va permettre la création de 1300 emplois sur 25 ans  et va générer près de 20 milliards Fcfa de revenus supplémentaire dans la filière Palmier et  favoriser le renouvellement des plantations.« Biovéa, comme sn nom l’indique, est un projet ambitieux, visant à relever le défi énergétique en Afrique, tout en valorisant la filière de l’huile de palme en Côte d’Ivoire. Une filière qui constitue une abondante ressource naturelle et durable en biomasse et qui permet de produire une électricité compétitive », a-t-il poursuivi.

Selon le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, le prix de cession est facturé à 62Fcfa. A l’en croire l’Etat jouera sa partition dans la réussite du projet. Il appartient, dit-il, à Biokala et Edf de faire en sorte que le modèle qui a été choisi puisse bien se dérouler. Il a aussi qualifié ce projet d’historique et félicité le ministre du Pétrole, de l’Energie et du développement des Energies renouvelables, Thierry Tanoh, qui a cru au groupe Sifca. Ce dernier, à son tour, a soutenu qu’il y a tous les ingrédients dans ce projet pour en faire un succès. D’autant plus qu’il va contribuer à valoriser les déchets et créer de nouveaux emplois. Pour lui, Biovéa est le plus grand projet de biomasse en Afrique subsaharienne, c’est pourquoi il est historique.

La ministre de la Salubrité de l’Environnement et du Développement durable, Anne Désiré Ouloto,  par ailleurs présidente du Fonds vert pour l’Afrique, a inscrit le projet de Biokala dans la liste des projets prioritaires. Elle a fait savoir que cette cérémonie fera date dans le processus de transition énergétique et du développement durable de la Côte d’Ivoire. Logé à la convention cadre des Nations unies pour le changement climatique, Biovéa, dira la ministre Anne Désirée Ouloto, permet une très bonne gestion des risques environnementaux et sera un très bon exemple.

Kamagaté Issouf

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.