Durabilité du cacao: Une déclaration d’intention conjointe signée ce mardi

mardi, 20 mai 2014 18:43

[20-05-2014. 19h30] Pour le ministre de l’Agriculture, l’initiative « Cocoa action » est à féliciter, car elle témoigne de la volonté  des acteurs et des industriels d’asseoir une économie cacaoyère durable pour le développement des pays.

Durabilité du cacao: Une déclaration d’intention conjointe signée ce mardi

Le gouvernement, représenté par le ministre de l’Agriculture Mamadou Sangafowa Coulibaly et la fondation mondiale du cacao  (Wcf) ont signé, ce mardi 20 mai, à Abidjan-Plateau, une déclaration d’intention conjointe. Ce, dans le but d’assurer la durabilité de la chaîne de production du cacao en Côte d’Ivoire.

Portant sur une stratégie dénommée « Cocoa action », cette déclaration d’intention conjointe s’inscrit, selon la directrice du Conseil du café-cacao, Touré Massandjé Litse, dans la droite ligne du Programme national de développement de la filière cacao en Côte d’Ivoire, appelé encore programme quantité-qualité-croissance (2Qc). Ce qui consiste à l’amélioration du système de production, à la lutte contre la maladie du Swollen shoot et les actions visant le développement communautaire.

Pour le ministre de l’Agriculture, l’initiative « Cocoa action » est à féliciter. Car, elle témoigne de la volonté des acteurs et des industriels d’asseoir une économie cacaoyère durable, pour le développement des pays. Et d’ajouter: « je suis heureux que la Côte d’Ivoire reprenne sa place de premier pays producteur de cacao, avec les différentes réformes entreprises ».

A en croire le président nouvellement élu du conseil d'administration de la fondation, Barry Parkin, par ailleurs responsable du développement durable de l’entreprise Mars, cet accord représente l’une des étapes les plus importantes que l’industrie adopte pour la durabilité du cacao. Il indique: "cette nouvelle voie de collaboration de l’industrie avec les pays producteurs va permettre de consolider leurs relations".

Pour Touré Massandjé Litse, également présidente du partenariat public-privé dans la filière café-cacao, un atelier organisé à Grand-Bassam le 10 avril dernier  a permis d’harmoniser les axes stratégiques de «cocoa action », avec l’aide de tous les partenaires  et du programme  2Qc. « Ce qui reste maintenant  à faire, c’est la préparation des protocoles d’accord pour l’exécution des axes identifiées sur la base d’un programme d’activité et de budget correspondant. Et qui sont élaborés d’accord partie », explique-t-elle.

Kamagaté Issouf
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.