Dette intérieure: Le gouvernement "affine sa stratégie" pour l’apurement avant fin 2013

jeudi, 16 mai 2013 13:40

[16-05-2013. 14h00] Selon les experts, au 1er janvier 2012, l’État avait payé 240 milliards de Fcfa sur les 274 milliards de Fcfa d’arriérés pour l’année 2011. En 2012, l’État a apuré la somme de 55,7 milliards de Fcfa.

Dette intérieure: Le gouvernement "affine sa stratégie" pour l’apurement avant fin 2013

Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a indiqué ce jeudi 16 mai à Abidjan-Cocody que le gouvernement ivoirien est en train d’affiner « sa stratégie d’apurement de la dette intérieure avant la fin de l’année ». C’était à l’occasion du forum « Cgeci Academy » 2013.

Selon le Premier ministre, le gouvernement entend bénéficier de l’appui technique du Fonds monétaire international (Fmi) pour régler le problème de la dette intérieure.

La dette intérieure est constituée par l’ensemble des créances contractées auprès des structures internes. Elle est stratifiée de deux (2) manières. Celle due aux banques intérieures dont la Bceao (différentes casses pendant la crise et les emprunts) et celle contractée avec les banques commerciales.

Le rapport sur la dette publique fin 2012 situe l’ardoise envers le secteur bancaire à près de 655 milliards de Fcfa. Quant à la dette due au secteur non bancaire, elle a aussi  deux (2) composantes. Il y a la dette conventionnelle qui s’établit à 1558 milliards de Fcfa due aux fournisseurs (collectivités, Epn, Entreprises, etc.).

Selon les experts, au 1er janvier 2012, l’Etat avait payé 240 milliards de Fcfa sur les 274 milliards de Fcfa d’arriérés pour  l’année 2011. En 2012, il a apuré la somme de 55,7 milliards de Fcfa.

S’agissant des établissements privés, ce sont des créances de près de 90 milliards de Fcfa. Des sources proches du ministère de l’Économie et des Finances affirment que ce sont 53 milliards de Fcfa qui seront réglés en 2013. Ainsi, ce sont 1000 milliards de Fcfa qui ont été réglés entre 2011 et 2012.

Au plan microéconomique, l’apurement de la dette intérieure permet d’éviter les risques d’accentuation du chômage, l’inflation, l’arrêt des programmes…

Théodore Kouadio
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Read 1209 times Last modified on jeudi, 16 mai 2013 16:34