• Accueil
  • Economie
  • Crise du logement: L’Unafoci révèle un déficit de 600 000 maisons en Côte d’Ivoire

Crise du logement: L’Unafoci révèle un déficit de 600 000 maisons en Côte d’Ivoire

jeudi, 21 décembre 2017 11:40
Crise du logement: L’Unafoci révèle un déficit de 600 000 maisons en Côte d’Ivoire Crédits: DR

L’Unafoci s’est réjouie de tout ce qui est fait en Côte d’Ivoire dans la résolution de la crise du logement depuis le 28  mars 2013.

Crise du logement: L’Unafoci révèle un déficit de 600 000 maisons en Côte d’Ivoire

Le Conseil d’administration de l’Union nationale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (Unafoci) a échangé avec la presse sur la problématique du logement en Côte d’Ivoire, récemment au siège de cette organisation sis à Yopougon.

Dans ses propos liminaires, Zoma Bi Goua, Pca de l’Unafoci,  a déclaré  que le déficit du logement demeure une réalité malgré les efforts du gouvernement pour trouver une solution à cette question. Avant de révéler que selon une étude réalisée par son service, il faut aujourd’hui plus de 600 000 maisons pour régler ce déficit. Pour y arriver, on doit en moyenne construire 25 000 logements chaque année.

«  Ce n’est pas normal. Aujourd’hui, nous avons environ 86% des travailleurs ivoiriens des secteurs privés (400 000) et publics (187 000),  les forces de sécurité (militaires, gendarmes, policiers) qui  partent à la retraite sans avoir leur propre  toit », a regretté le conférencier.

L’Unafoci s’est réjouie de tout ce qui est fait en Côte d’Ivoire dans la résolution de la crise du logement depuis le 28 mars 2013. Entre autres mesures prises par l’Etat, la réduction des quotités cessibles de 57 à 35% ainsi que les frais des notaires de 18 à 10%. Tout comme les prêts bancaires qui vont désormais de 5 à 25 ans.

Etant donné que l’Etat ne peut plus tout faire, Zoma Bi Goua a exhorté les travailleurs à se mettre ensemble pour être plus efficaces en vue d’entreprendre. Sur cette question, il a informé tous les travailleurs que plus de 2000 logements  sont disponibles ou en cours de réalisation à Songon, Bingerville, Anonkoua-kouté, Yamoussoukro, Daloa et Gagnoa.

Selon lui, cette opération est soutenue par des partenaires financiers, notamment les banques et bien d’autres qui interviennent dans la réalisation d’infrastructures. « Avec la réponse Unafoci, plus de retraite sans toit », a-t-il lancé.

Pour conclure, il a émis quatre principales doléances à l’Etat: décréter le 28 mars journée nationale de l’habitat, créer un observatoire de l’habitat, dématérialiser le processus d’acquisition de l’Arrêté de concession définitive (Acd), transformer l’Unafoci en utilité publique.

ALFRED KOUAME
CORRESONDANT 

 

 

 

 

Read 897 times Last modified on jeudi, 21 décembre 2017 12:00