• Accueil
  • Economie
  • Coopération économique : Les Indiens réactivent une ligne de crédit de 61 milliards

Coopération économique : Les Indiens réactivent une ligne de crédit de 61 milliards

vendredi, 22 mars 2013 21:29
Daniel Kablan Duncan et Nadeem Panjetan ont eu 30 minutes d’échanges.  Daniel Kablan Duncan et Nadeem Panjetan ont eu 30 minutes d’échanges. Crédits: Sylla Yacouba

Les lignes de crédit accordées au gouvernement ivoirien par Exim-Bank Inde sont remises en jeu au profit des entreprises.

La coopération ivoiro-indienne est sur un bel  élan.  Rentré de son voyage de New Delhi, le Premier ministre maintient le contact avec les partenaires économiques indiens. Daniel Kablan Duncan  a accordé, vendredi à son cabinet, une audience au directeur général d’Exim-Bank Inde, Nadeem Panjetan. Au sortir de l’entretien qui a duré une demi-heure,  le financier indien a expliqué que les échanges ont essentiellement tourné  autour  des lignes de crédit que son pays a allouées  à l’Etat ivoirien ainsi que de l’utilisation efficiente des fonds affectés. Le montant mis à disposition est de 112 millions de dollars, soit 61 milliards Fcfa au profit des entreprises locales  à conditions préférentielles.  «Le but est de diminuer les délais et d’utiliser d’une façon optimale le financement disponible », a affirmé M. Panjetan, regrettant que ces fonds sommeillent depuis 2006, faute de sollicitations. Mais Daniel Kablan Duncan a rassuré que les entreprises ivoiriennes feront preuve de plus d’agressivité en vue d’améliorer leur capacité d’absorption. «Si l’on arrive à épuiser les fonds, il y aura de nouvelles lignes de crédit. En d’autres termes, tout dépendra de notre capacité d’absorption », a renchéri le Premier ministre qui se réjouit car « quelques projets sont terminés ». Néanmoins, le banquier indien fait observer que la nouvelle démarche a été rendue possible dans le cadre d’une procédure exceptionnelle, en vue de soutenir davantage les entreprises qui ont souffert de la crise sociopolitique. Les lignes de crédit en question concernent les secteurs de la pêche et de l’agriculture avec 15 milliards Fcfa disponibles à orienter, notamment, vers la noix de coco et le riz.  «Il y aura un appel d’offres qui sera ouvert à la fin de ce mois », souligne M. Kablan Duncan. Mais sur le cas spécifique du riz, il a soutenu que l’objectif est de faire passer la production à 3 millions de tonnes. Ce qui pourra couvrir les besoins de consommation intérieure de cette céréale estimés à 1,5 million de tonnes, le reste pouvant aller à l’exportation. Il y a également les activités du Village technologique de Grand-Bassam (Vitib). Montant prévu, 10 milliards Fcfa. « Sur ce projet, nous avons rempli toutes les conditionnalités », assure le chef du gouvernement. 

Lanciné Bakayoko

 

Read 1228 times Last modified on vendredi, 22 mars 2013 21:31