Print this page

Conditionnement de la banane dessert : Les mûrisseurs s’équipent

samedi, 07 septembre 2019 08:08

Les mûrisseurs ont reçu hier, au Plateau, des équipements qui devraient leur permettre de mener à bien leurs activités liées au conditionnement de la banane dessert.

Cette assistance s’inscrit dans le cadre du Projet d’appui au développement du marché local et sous-régional de la banane dessert. Financé par l’Union européenne (Ue), ce projet arrive à un moment où ces mûrisseurs ont pris part, durant un mois, à des sessions de renforcement de capacités.

Une experte, venue de la Colombie, a effectué le déplacement à Abidjan pour les accompagner. Ceux-ci servent de trait d’union entre les producteurs et les consommateurs. Ils ont pour rôle de conditionner la banane dessert jusqu’à un stade de maturation qui peut permettre sa consommation.

« Nous allons à des murisseries modernes, avons organisé les acteurs. Et nous  avons procédé à des renforcements de capacités pendant un mois avec une colombienne qui a conseillé de nouveaux équipements pour améliorer le murissage », explique Gabriel Ouidi, secrétaire exécutif de l’Organisation centrale des producteurs-exportateurs d’ananas et de bananes (Ocab).

« Le murissage n’était pas bien fait. Les acteurs utilisaient des produits jugés toxiques pour le faire. Ce qui est contraire aux standards internationaux. Aujourd’hui, ce sont de nouvelles techniques qui sont conseillées et de nouveaux produits aussi, respectueux de la santé », fait-il remarquer.

Avec près de 300 milles tonnes, la production de banane dessert est en très forte progression en Côte d’Ivoire. Même si, selon le secrétaire exécutif de l’Organisation centrale des producteurs-exportateurs d’ananas et de bananes, 90% de cette production arrive sur le marché européen, celle-ci est tout de même confrontée à la concurrence des producteurs de l’Amérique latine.

D’où le Projet d’appui au développement du marché local et sous-régional de la banane desserte. L’objectif, explique-t-il, étant donc de relancer la filière, de trouver des marchés d’écoulement ou de dégagement. Déjà que Dakar est le plus gros marché des producteurs ivoiriens.

ANOH KOUAO