• Accueil
  • Economie
  • Caisse des dépôts – Apbef-Ci: Mise en place d’un cadre de collaboration

Caisse des dépôts – Apbef-Ci: Mise en place d’un cadre de collaboration

vendredi, 19 juillet 2019 13:44
Fofana Lassina, directeur général de la Cdc-Ci (droite) et le président de l’Apbef-Ci, Guy Koizan ont eu des échanges fructueux à cette rencontre. Fofana Lassina, directeur général de la Cdc-Ci (droite) et le président de l’Apbef-Ci, Guy Koizan ont eu des échanges fructueux à cette rencontre. Crédits: DR

Dans le cadre d’une étude de faisabilité, selon le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations de Côte d’Ivoire (Cdc-Ci), les ressources mobilisables ont été évaluées, en s’appuyant sur des hypothèses basses, à 812 milliards de FCfa à l’horizon 2026.

La Caisse des dépôts et consignations de Côte d’Ivoire (Cdc-CI) et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (Apbef-CI) ont eu récemment une séance de travail. Cette rencontre qui s’inscrivait dans le cadre du démarrage effectif de ses activités de mobilisation de ressources de la Cdc-Ci a été une occasion, pour son directeur général, Lassina Fofana, de présenter les missions de sa structure, mais également d’évoquer l’idée de la mise en place d’un cadre consensuel et formel de collaboration.

« Les échanges ont porté notamment sur les relations futures de la Cdc-CI avec les banques et l’impact de la loi sur leurs activités. Bien que disposant de la loi, le directeur général de la Cdc-CI dans sa stratégie d’approche met en avant la complémentarité entre son institution et les établissements bancaires. Guy Koizan en sa qualité du président de l’Apbef-Ci, s’est réjoui de cette initiative et s’est engagé à contribuer au renforcement de cette collaboration naissante », rappelle le communiqué de la Cdc-Ci transmis aux médias.

Établissement public, la Cdc-Ci (créée en juin 2018) a pour mission de mobiliser, sécuriser et gérer les fonds publics et privés tels que définis par la loi. Elle a également pour mission de contribuer au financement de l’économie nationale à travers des investissements d’intérêt général (le social par exemple) et des investissements financiers.

Elle répond aux objectifs du Plan national de développement (Pnd 2016-2020 de 30 000 milliards de FCfa). Les ressources dont elle dispose découlent des produits générés par ses activités propres, les ressources mobilisées sur les marchés financiers, les ressources des professions juridiques (notaires, avocats, greffiers).

Elle gère également les fonds d’épargne et de prévoyance, les diverses cautions (Sodeci, Cie, les loyers d’habitation, les cautions sur les marchés publics, les fonds en déshérence, les fonds des comptes dormants, etc.).

Dans le cadre d’une étude de faisabilité, selon son directeur général, les ressources mobilisables ont été évaluées, en s’appuyant sur des hypothèses basses, à 812 milliards de FCfa à l’horizon 2026. « Si les raisons sont bonnes, il n’y a pas de raison d’aller au-delà », confiait-il à des médias, le 10 juillet dernier.

ANOH KOUAO