• Accueil
  • Economie
  • Busisness plan competition : La CGECI met l’accent sur le genre pour l’édition 2018

Busisness plan competition : La CGECI met l’accent sur le genre pour l’édition 2018

mardi, 07 août 2018 10:52
Busisness plan competition : La CGECI met l’accent sur le genre pour l’édition 2018 Crédits: Archives

Le directeur exécutif de la Cgeci Méité Vaflahi a souhaité faire de cette compétition 2018 soit un  évènement qui compte en Côte d’Ivoire. 

Busisness plan competition : La CGECI met l’accent sur le genre pour l’édition 2018

Le directeur exécutif de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci), Méité Vaflahi a déclaré ouvert, le vendredi 3 août, l’édition 2018 de la « Business plan competition ». Un autre concours visant à permettre aux jeunes ayant un projet d’éclore et de devenir des champions de demain.

Pour cette année, la Cgeci met l’accent sur le genre, a précisé Méité Vaflahi. Il a toutefois invité les jeunes détenteurs de projets à ne pas hésiter à s’inscrire à cette compétition pour développer leur idée.

La Business plan competition comporte quatre volets. Le capital intelligent (Apprendre aux lauréats comment gérer leurs entreprises),  les speakers séries (Des entrepreneurs confirmés qui parlent de leur parcours et des embûches) , les masters class ( sélectionner des experts pour  expliquer aux jeunes entrepreneurs les rouages ou les spécificités d’une fonction donnée) et enfin le suivi des lauréats par les mentors. Ainsi, pour participer il faut d’abord être un entrepreneur de qualité, pas forcement un professionnel. Répondre aux critères d’éligibilité, avoir un business déjà en opération, avoir une cohérence de l’idée par rapport au marché. Il est aussi prévu un entretien téléphonique puis une visite du site de l’entrepreneur. Il faut ajouter à cette série de critère un formulaire de 24 questions à remplir.

Le directeur exécutif de la Cgeci a souhaité faire de cette compétition  un  évènement qui compte en Côte d’Ivoire. Pour réussir ce pari il entend donner tout l'accompagnement moral. Un peu dans la même idée, la patrone de Capital Connect, Nadine Bla s’est engagée  à soutenir la Bpc à hauteur de 5 millions Fcfa.

 

Kamagaté Issouf

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Read 181 times Last modified on mardi, 07 août 2018 14:43