BAD: Les travaux des Assemblées générales ont démarré au Maroc

lundi, 27 mai 2013 15:19

[27-05-2013. 16h00] Pour les responsables de la Bad, les obstacles qui s'opposent au progrès de l'Afrique sont: « le manque criant en infrastructures (transports, énergie, eau, télécommunications), le manque d'intégration économique régionale entre les marchés nationaux encore fragmentés et les poches de fragilité notable qui persistent à travers le continent ».

BAD: Les travaux des Assemblées générales ont démarré au Maroc

Les travaux des 48e Assemblées générales de la Banque africaine de développement (Bad) ont démarré ce 27 mai à Marrakech au Maroc. La préoccupation majeure pour le continent à ces assemblées est de convertir la phénoménale croissance de l'Afrique en une transformation réelle. A savoir une croissance forte partagée et écologiquement durable. L’information est donnée par un communiqué de presse de l’institution financière africaine dont fratmat.info a eu copie.

Selon le texte, « la qualité et la pérennité de la croissance sont les deux principaux obstacles auxquels l'Afrique d'aujourd'hui est confrontée ». C’est pourquoi, le président de la Bad, Donald Kaberuka, a indiqué que le continent noir avance et qu'elle a besoin d'un coup de pouce.

« Le reste du monde stagne et lui aussi a besoin d'un coup de pouce. L'Afrique a besoin du monde et le monde a besoin de l'Afrique. Chacun peut donner un coup de pouce à l'autre », a-t-il précisé.

Pour les responsables de la Bad, les obstacles qui s'opposent au progrès de l'Afrique sont: « le manque criant en infrastructures (transports, énergie, eau, télécommunications), le manque d'intégration économique régionale entre les marchés nationaux encore fragmentés et les poches de fragilité notable qui persistent à travers le continent ».

« L'Afrique, la Banque africaine de développement et nos amis internationaux se préoccupent de chacun de ces trois facteurs », estime le président de la Bad. « Nous avons la volonté, les systèmes, mais nous n'avons toujours pas les ressources. La banque peut faire des miracles avec ce qu'on lui donne et capter neuf dollars pour chaque dollar qu’elle investit », ajoute-t-il.

«Notre nouvelle émission d’infrastructures du Jubilé combinera les investissements publics et privés, nationaux et internationaux, et présentera des projets prêts pour des financements bancaires », a indiqué M. Kaberuka. Avant de souligner qu’avec un fonds de démarrage de 10 milliards de dollars EU, l'on pourra financer plusieurs projets. « Soit davantage que l'ensemble du plan d'action prioritaire du Programme de développement des infrastructures en Afrique (Pdia) pour 2020 », a-t-il conclu.

Les Assembléesgénérales décideront aussi du retour de la Bad à son siège statutaire à Abidjan.

 

Théodore Kouadio

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.