Alimentation en Eau potable : Le ministre Laurent Tchagba veut "redonner vie" aux populations
  • Accueil
  • Economie
  • Alimentation en Eau potable : Le ministre Laurent Tchagba veut "redonner vie" aux populations

Alimentation en Eau potable : Le ministre Laurent Tchagba veut "redonner vie" aux populations

jeudi, 02 août 2018 17:20
Alimentation en Eau potable : Le ministre Laurent Tchagba veut "redonner vie" aux populations Crédits: DR

Renouvellement du réseau et des branchements, intensification de la recherche des fuites, remplacement des compteurs en fin de vie, renforcement de la lutte contre la fraude. Ce sont quelques actions que l’entreprise entend mener pour améliorer ses prestations.

Alimentation en Eau potable : Le ministre Laurent Tchagba veut "redonner vie" aux populations

« Nous sommes tous des ingénieurs, nous allons nous mettre au travail  pour donner des résultats satisfaisants à toutes les populations pour que ceux-ci puissent sentir les efforts du gouvernement », c’est en quelques sortes le sacerdoce fait par le ministre de l’Hydraulique, Laurent Tchagba, à l’issue d’une visite de travail avec la Société de distribution d’eau de Côte d’Ivoire (Sodeci), dirigée par Ebah Basile, ce jeudi 2 août à Abidjan-Treichville.

Le ministre de l’Hydraulique s’est dit déterminé à redonner de l’eau potable à toute la population ivoirienne. « C’est un défi qui est important, car en le relevant, je redonne « la vie » à la population. Mais pour le faire, il est important de rencontrer tous les professionnels du secteur afin de  faire un diagnostic avec eux de ce qui a été fait, ce qui est en cours et ce qui reste à faire. Surtout quels sont les accélérateurs à mettre en place pour que ce qui est en cours puisse rapidement atteindre les objectifs qui s’est fixé le gouvernement et quels sont les mécanismes à mettre en œuvre rapidement pour booster l’alimentation en eau potable dans la ville », a indiqué Laurent Tchagba.

Au cours de la séance de travail, Ebah Basile a présenté sa structure. Il a par ailleurs relevé des projets de renforcement de production en perspective.  Entre autres le transfert de la production économisée de 70 000 m3/j, sur les usines du nord de la Riviera et la zone ouest et la Zone industrielle de Yopougon, d’un coût 23 milliards de Fcfa. Les renforcements de  la production du nord-est de la ville d’Abidjan (Cocody et Abobo), par une usine de 240 000 m3/j à construire sur la rivière la Mé, estimé à 170 milliards de Fcfa.

La première société de distribution d’eau en Côte d’Ivoire a exprimé certaines difficultés comme la coexistence des réseaux d’eau potable avec des réseaux d’eaux usées ou réseaux d’eaux situés dans des zones où les eaux usées sont rejetées sur le domaine public. L’exemple de la Cité Coprim (Yopougon) et d’Abobo-Sagbé en sont la parfaite illustration. Considérés comme des réseaux superposés, la Sodeci en compte 154 km. Pour remédier à ce problème un appui de 0,9 milliards Fcfa a été octroyé à la Sodeci dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2d).

Renouvellement du réseau et des branchements, intensification de la recherche des fuites, remplacement des compteurs en fin de vie, renforcement de la lutte contre la fraude. Ce sont quelques actions que l’entreprise entend mener dans la dynamique d’améliorer ses prestations. C'est dans cette perspective que les responsables (le président du Conseil d’administration et le directeur général ) ont  mis le cap sur  l’agence commerciale de la Riviera Palmeraie et du Centre de gestion des Opérations avec le  ministre Tchagba . Qui s'est par la suite  rendu à la station de production de Djibi Cocody. Cette station a  une capacité de production d’eau de 1000 m3/h et une capacité de stockage de 5000 m3.

Après la visite des différentes installations du premier partenaire de l’Etat de Côte d’Ivoire en matière d’eau potable (Sodeci), le ministre de tutelle a affiché sa détermination de régler définitivement les problèmes d’eau dans le district d’Abidjan dans trois mois. Il a aussi invité à la sécurisation des points de pompages d’eau qui sont en danger, face à l’explosion de l’urbanisation. La sécurisation de ces infrastructures, affirme-t-il nécessite 15 milliards Fcfa.

 

Kamagaté Issouf

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 280 fois Dernière modification le vendredi, 03 août 2018 06:31