Imprimer cette page

Accord de la zone de libre échange: Le Nigeria n’a pas encore adhéré

jeudi, 12 juillet 2018 08:22
Accord de la zone de libre échange: Le Nigeria n’a pas encore adhéré Crédits: kamagaté Issouf

Outre le Nigeria, Bessem Loukil, président de Tunisia Africa Business Council (Tabc), soutient que la communauté des affaires n’a pas été consulté ni pour le projet ni pour la signature d’accord. Cependant il approuve cette initiative. Qui, pour lui, s’inscrit dans l’agenda 2030 du continent.

Accord de la zone de libre échange : Le Nigeria n’a pas encore adhéré

Le Nigeria figure pas parmi les pays qui n'ont pas encore ratifié l’accord de la zone de libre échange continental (Zlec). C’est l’information donnée ce mercredi  11 juillet, lors d’un panel portant sur l’opportunité de la zone de libre échange pour le secteur privé, pour la communauté des hommes d’affaires.

Pour Peter Osemobor directeur de l'entreprise Dinosour, spécialisé dans les investissements publics,  l’acte du Nigeria montre la démocratie dans le pays. Selon lui, il faut d’abord l’avis des populations avant de ratifier cet accord. Il reste convaincu du bon sens de la question de la zone de libre échange. Car, il facilitera la vie des populations africaines. Mais, « Il est primordiale de régler des points négatifs pour ne pas que ceux ci puissent dans le futur perturber les choses, surtout les conflits. Il est difficile d’avoir des relations lorsqu’il n’y a pas de confiance. Si une minorité s’oppose au gouvernement cela peut conduire à conflit » pense-t-il.

Outre le Nigeria, Bessem Loukil, président de Tunisia Africa Business Council (Tabc), soutient que la communauté des affaires n’a pas été consultée ni pour le projet ni pour la signature d’accord. Cependant il approuve cette initiative. Qui, pour lui, s’inscrit dans l’agenda 2030 du continent.

A en croire Bishar Ifo, responsable de la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (Bidc) cet accord rentre dans la droite ligne de la création de la compagnie maritime régionale en Afrique de l’ouest et du centre (Sealink). Ce projet envisagé par les chambres consulaires de l’Afrique de l’ouest vise à  augmenter les échanges commerciaux. D’autant plus que les échanges dans la sous-région n’atteignent pas 30% au moment où ceux de la zone Union européenne (Ue) oscillent entre 60 et 65%.

Lors de son allocution d’ouverture des assemblées, le président de la Banque africaine d’import export (Afreximbank), Dr Benedict Oramah a dit espérer que le cet accord de libre-échange continental africain (Zlec) accélérera l'intégration des marchés africains et encouragera les chaînes de valeur régionales. Tout en favorisant un 'avantage comparatif dynamique en Afrique pour certains types de biens et stimulera l'emploi.

Le président de la commission de l’Union africaine en charge de l’industrie et du commerce  Albert Muchanga, a fait remarquer que ce protocole prend en compte plusieurs domaines, outre la circulation des biens et des personnes. Aussi, les parties prenantes peuvent poser apporter des suggestions s’il ya des violations ou des articles ambigües.

 

Kamagaté Issouf

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 236 fois Dernière modification le vendredi, 13 juillet 2018 21:38