• Accueil
  • Economie
  • 14e conclave CII-EXIM Bank à New Dheli: Le pont entre l’Inde et l’Afrique se consolide

14e conclave CII-EXIM Bank à New Dheli: Le pont entre l’Inde et l’Afrique se consolide

lundi, 18 mars 2019 19:53
14e conclave CII-EXIM Bank à New Dheli: Le pont entre l’Inde et l’Afrique se consolide Crédits: GERMAINE BONI

Plus de 31 ministres de 21 pays africains et délégués d'affaires participent depuis le dimanche, au 14e conclave de la Cii-Exim Bank sur les partenariats Inde-Afrique qui se tient dans la capitale indienne.

Le dimanche, en début de soirée, dans une des grandes salles de conférences de l’hôtel Taj Palace de New Dehli, opérateurs économiques, décideurs gouvernementaux, des organisations de la société civile jeunes, étudiants et femmes n’ont pas voulu se faire conter la cérémonie d’ouverture du 14e conclave organisé par le ministère indien du Commerce et de l'Industrie en collaboration avec la Confédération indienne de l'industrie (Cii) et l'Exim Bank de l’Inde. Il s’agit pour le gouvernement indien et ses partenaires de renforcer les liens économiques et commerciaux entre ce pays émergent du continent asiatique (l'Inde) et l'Afrique.

Le partenariat Inde-Afrique scellé depuis les indépendances se consolide au fil des années, si l’on s’en tient à la multiplication cette dernière décennie de rencontres économiques entre ce pays asiatique et le continent africain. En avril 2008, la première rencontre Inde-Afrique à New Dheli a posé les bases d’une diplomatie économique beaucoup plus dense entre les deux partenaires.

L’Inde entrant ainsi dans la sphère des pays émergents qui tissent leurs toiles sur le marché africain, a pris une option beaucoup plus sérieuse dans son partenariat avec l’Afrique. Le deuxième sommet Inde-Afrique, en mai 2011, à Addis-Abeba, a fini par convaincre Indiens et Africains de la nécessité de maintenir et de renforcer cette collaboration ou du moins ce partenariat gagnant-gagnant.

Les deux parties ont compris alors que leurs destins sont désormais liés et devront regarder dans la même direction pour développer des secteurs clés de leurs économies. Dimanche, à l’ouverture de ce 14è conclave de la Cii-Exim Bank sur les partenariats Inde-Afrique, organisateurs et dirigeants africains invités à la table des officiels ont rappelé les motivations de ce partenariat qu’ils veulent fructueux entre les deux parties en insistant sur la question des lignes de crédits en faveur des pays africains, la promotion de India-Africa Business Council et surtout sur la façon dont l’Afrique peut tirer profit de la présence indienne.

L'Inde étant aujourd'hui considérée comme une puissance émergente à travers la mise en œuvre réussie des politiques économiques dont les fruits se résument en un taux de croissance de 8.2% pour un Pib de 1832 milliards de dollars et son Pib par habitant, de l'ordre de 1520 dollars, les pays africains, au dire du vice-président du Ghana, Mahamudu Bawumia (le Ghana, la Guinée et le Lesotho sont les pays invités d’honneur de cette édition 2019 de ce conclave), ont tout intérêt à continuer à renforcer leurs relations économiques avec ce pays asiatique. « L’Afrique est le continent du futur, donc y investir est une opportunité à saisir… », a-t-il dit en substance, invitant les opérateurs étrangers, notamment les investisseurs indiens à explorer le marché africain. 

Le Premier ministre de la Guinée, le Dr Ibrahima Kassory Fofana, renchérit pour insister sur le fait que l’Inde est le troisième partenaire de l’Afrique avec plus de 60 milliards de dollars d’échanges commerciaux qui devront atteindre plus de 100 milliards de dollars à l’horizon 2020.

Aussi, poursuit-il, les lignes de crédits accordées par l’Inde via Exim Bank of India ont dépassé les 10 milliards de dollars avec un financement indien de 150 projets dans 45 pays africains. Cela sans compter les bourses indiennes régulièrement attribuées aux étudiants et travailleurs africains. Tout cela traduit, précise le Premier ministre guinéen, le dynamisme du secteur privé indien mais aussi l’environnement des affaires qui s’est amélioré en Afrique.

Cependant, les défis à relever par le continent africain restent nombreux. A savoir la modernisation de l’agriculture, l’industrialisation de l’Afrique, le développement des infrastructures, l’accès à l’énergie, à l’eau potable, l’inclusion économique et sociale... C’est pourquoi le Dr Ibrahima Kassory Fofana a souhaité un partenariat solide et durable entre l’Inde et l’Afrique « pour favoriser l’inclusion économique et sociale en vue d’un monde meilleur ».

GERMAINE BONI
envoyée spéciale à New Dheli