Durant 2 h 25, on y découvre Nelson Mandela ouvrir son premier cabinet d’avocats noirs, puis devenir l’un des jeunes leaders de l’ANC (le Congrès National Africain), passant ensuite de la résistance pacifique à la lutte dans la clandestinité pendant 17 mois, son arrestation et son emprisonnement durant 27 ans…
« On peut considérer que l’appel à candidature a été relativement étendu », s’est-il réjoui avant d’indiquer que d’autres dossiers sont en attente. A titre de comparaison, il a souligné qu’en 2003, le comité de sélection a instruit 295 dossiers.
"L’acte que nous posons aujourd’hui s’inscrit dans la droite ligne de la volonté de l’Etat de Côte d’Ivoire de soutenir le secteur des médias en général et celui des médias privés, en particulier. C’est cette volonté qui se traduit dans les missions du FSDP (…). C’est au total la somme…
« J'ai été marqué par sa vision du monde. Malgré son grand âge, il était un futuriste. Quand il parle, vous sentez qu'il parle des choses à venir. Il était profondément animé du souci d'amener les gens à discerner les voies et moyens pour aller de l’avant ».
Linda Gabriel (Afrique du Sud), Theras Hahl (Allemagne) et Sir Black (Ghana) étaient les guest-stars de cette soirée où il y avait en attraction dix slameurs ivoiriens.
A cet effet, plusieurs invités spéciaux sont attendus tels que Theresa Hahl de l’Allemagne et Maïmouna Samaké du Burkina Faso.
Liant sa vie à ses œuvres, Amakan raconte dans ces tableaux que si l’on peut matérialiser l’être humain, il est pratiquement impossible de le faire pour l’âme et le « grand architecte de l’Univers », à savoir Dieu.
Mercredi, la ministre de la Communication, Porte-parole adjoint du gouvernement, Me Affoussiata Bamba-Lamine, a lancé les festivités des 50 ans du média de service public.