Traoré Moussa, président de l’Union des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci) s’est félicité de la mobilisation exceptionnelle malgré le report de cet événement (le cross était prévu pour le 2 mai).
Cette conférence organisée par les patrons de presse, regroupés au sein du Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (Gepci), s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse.
[03-05-2015. 16h00] Selon la ministre de la Communication, des efforts sont faits en Côte d’Ivoire pour préserver cette liberté de la presse. « Les journalistes qui exercent leur métier dans les règles de l’art, le font librement sur le territoire ivoirien sans menace, ni exaction », dira-t-elle.
Le thème mondial retenu pour la célébration de cette année 2015 est: « Laissez le journalisme prospérer vers une meilleure couverture de l'information, l'égalité des sexes et la sécurité à l'ère du numérique ».
Pour l’émissaire du ministre Maurice Kouakou Bandaman, il faut que la capitale de la région du Gbêkê relève pour cette édition, le défi de la popularité.
"Je retiens de Fraternité Matin que c’est un journal vraiment dynamique, incontournable, historique et vivant. Il a toute une histoire derrière lui et connaît la réalité du pays sur les plans politique, culturel, économique et social", a-t-il témoigné.
Pour cette 5e édition des innovations notables ont été opérées par les organisateurs, notamment l’instauration d’un tapis rouge comme dans certains festivals internationaux et la délocalisation du festival dans plusieurs commune et bars d’Abidjan.
Ces compétitions vont mettre aux prises 1275 élèves issus de 31 lycées et collèges des Directions régionales de l’éducation nationale et de l’enseignement technique d’Abidjan 1 et 4.