• Accueil
  • Culture
  • Semaine du livre de Dabou: La 4e édition a refermé ses portes

Semaine du livre de Dabou: La 4e édition a refermé ses portes

mercredi, 15 mai 2019 19:53
Semaine du livre de Dabou: La 4e édition a refermé ses portes Crédits: DR

Compétitions, exposition d’œuvres et conférences ont rythmé cette semaine littéraire.

Les lampions se sont éteints le 11 mai sur la 4e édition de la semaine du livre de Dabou. Après une semaine de festivités, le centre culturel de cette cité a accueilli les épreuves finales des différents concours de cette semaine littéraire.

Lecture de texte, lecture expressive, poésie et orthographe ont constitué les 4 matières de la compétition. Le Collège Monseigneur René Kouassi, les lycées Akpa Gnagne, et Tiapani ont tiré leur épingle du jeu en raflant la plupart des prix.

Les compétitions se sont déroulées  dans une belle ambiance avec le soutien des différents groupes de supporters, animés d’une saine rivalité. La semaine du livre de Dabou est une initiative de Sékou Bamba, ingénieur des travaux public, fils de Dabou, amoureux de lettres. Il a confié avoir créé cet évènement dans le but de susciter le goût de la lecture chez les jeunes apprenants.

Le déclic lui est venu, selon ses propres termes, après avoir fait le constat du niveau décevant des élèves en littérature. «Certains n’arrivent même pas à s’exprimer ou à lire. Même les demandes d’emplois sont truffées de fautes inconcevables», s’est-il indigné.

Pour lui, une telle situation n’est pas digne d’une «ville école» telle que Dabou qui abrite plus de 22 lycées et collèges. «Un héritage de l’administration coloniale», a-t-il expliqué. Aussi, outre l’exposition d’ouvrages, cette semaine de promotion littéraire a enregistré de nombreuses conférences animées par des enseignants et des écrivains. «Cela permet la mise en contact des élèves avec ces acteurs de la vie littéraire, notamment ceux dont les œuvres sont au programme scolaire», a-t-il indiqué.

En dépit d’un manque de soutien et des difficultés d’ordre financiers, cet amoureux de littérature s’attache à son projet au fil des éditions. Il garde espoir que les autorités communales de Dabou prennent le relais afin de pérenniser ce projet. Notons que cette dernière journée de compétition a enregistré la présence de Mokoudou Thiam, ex-ambassadeur de la Côte d’Ivoire en Lybie, l’un des soutiens les plus actifs de la semaine du livre de Dabou.

DRAMOUS YÉTI