• Accueil
  • Culture
  • Rentrée culturelle/Bandaman aux acteurs du secteur: ''Soyez patients car de bonnes nouvelles arrivent pour 2019''

Rentrée culturelle/Bandaman aux acteurs du secteur: ''Soyez patients car de bonnes nouvelles arrivent pour 2019''

jeudi, 14 février 2019 22:33
Le ministre Maurice Bandaman a posé avec quelques récipiendaires. Le ministre Maurice Bandaman a posé avec quelques récipiendaires. Crédits: DR.

Le ministre de la Culture et de la Francophonie a profité de l’occasion pour dresser le bilan de l’année 2018 et annoncer les perspectives.

Interprétation de l’hymne national en ouverture de cérémonie, suivie de la prestation du groupe Soteca qui a offert un voyage à travers la Côte d’Ivoire culturelle dans toute sa diversité. Une salle entièrement conquise par les prouesses vocales de l’inusable Bailly Spinto, décoration et allocutions.

Tous les ingrédients étaient réunis, le 13 février, à la salle Christian Lattier, du Palais de la Culture de Treichville, pour faire de la rentrée culturelle 2019, une grande fête de retrouvailles entre le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, et les acteurs du monde culturel.

C’était donc l’occasion pour le premier responsable de la culture en Côte d‘Ivoire d’expliquer ses missions, de présenter le bilan de ses actions et de tracer les sillons des activités de la saison culturelle qui s’ouvre à l’ensemble des acteurs culturels. « A chaque rentrée culturelle, nous déclinons un thème qui sous-tend l’action culturelle. Au vu du succès du thème de l’année dernière, nous avons décidé de le reconduire pour l’année 2019. Ainsi  cette année encore, le thème est : ‘’Valorisation et promotion du pagne tissé ivoirien’’ », a indiqué le ministre Maurice Bandaman qui n’a pas manqué de dire un grand merci à l’ensemble des acteurs culturels (cinéastes, hommes de lettres, chanteur, comédiens, humoristes, plasticiens, artisans, hommes de théâtre, fonctionnaires, etc).

« Le bilan que nous obtenons est le travail de chacun de vous. C’est ensemble que nous travaillons à l’édification et au développement culturel de la Côte d’Ivoire », a-t-il remercié. Avant de présenter la Culture ivoirienne comme un secteur qui compte aujourd’hui en Côte d’Ivoire, au point que le Bureau de l’Afrique caraïbe pacifique (Acp), dans sa dernière réunion, a cité la culture ivoirienne comme un modèle, classé parmi les 7 pays d’Afrique les plus dynamiques en matière de promotion et de développement culturel.

Le cinéma ivoirien affiche aussi une bonne santé et est classé parmi les 5 meilleurs pays du cinéma africain après le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Maroc et l’Egypte. Il en est de même de la société du Bureau ivoirien des droits d’auteurs (Burida) qui est classée 4e meilleure société de gestion des droits d’auteurs d’Afrique après l’Afrique du Sud, l’Algérie et le Maroc.

Au chapitre des doléances des agents du ministère de la Culture et de Francophonie et des acteurs du secteur, Maurice Bandaman a indiqué qu’il les a bien notées. Cependant, dira-t-il, « c’est vrai que nous n’avons pas beaucoup de moyens mais, nous avons, pour nous, notre force de rassembler par l’émotion. Nous sommes enviés, respectés, et comme on le dit ‘’bonne réputation vaut mieux que ceinture dorée.  Vos sacrifices ne seront pas vains. Soyez patients car, de bonnes nouvelles arrivent cette année 2019.

Avec nos programmes que nous allons déployer pour les années à venir, la culture sera pourvue de moyens pour  récompenser vos efforts. J’appelle donc tous les acteurs du secteur à la patience, à la paix et à la mobilisation autour de notre bien commun, la culture ivoirienne », a rassuré Maurice Bandaman.

Faut-il le noter, à l’occasion de cette cérémonie, des artistes et agents du ministère de la Culture ont été décorés. Ainsi, 6 agents ont été faits Officier dans l’ordre du mérite culturel national. Ange Houan Didier, alias Dj Arafat, au titre des artistes, a été lui aussi fait Officier dans l’ordre du mérite culturel national et enfin, 10 agents ont été faits Chevalier dans l’ordre du mérite culturel national.

SERGES N’GUESSANT