Print this page

Presse: L’Union des correcteurs fait sa sortie officielle

mercredi, 10 juillet 2019 15:55
Firmin N’Dri Bonfils Firmin N’Dri Bonfils Crédits: DR

Le 13 juillet restera une date mémorable pour les correcteurs de Côte d’Ivoire.

Et pour cause, leur faîtière, l’Union nationale des professionnels de la correction de Côte d’Ivoire, en abrégé Unpc-ci, fait sa sortie officielle ce jour-là à Fraternité Matin, sous la présidence de Sidi Touré, ministre de la Communication et des Médias, et le parrainage de Venance Konan, le directeur général du quotidien gouvernemental.

La cérémonie sera pour Firmin N’Dri Bonfils et son bureau l’occasion de mettre en lumière le travail de fourmi abattu par le correcteur dans l’ombre, mais qui aide à la bonne tenue du journal ou de l’œuvre romanesque.

A en croire le président, deux temps forts meubleront cette journée. Il s’agira du mot du président et d’une conférence inaugurale sur le métier de correcteur suivie de l’investiture du bureau. Pour cet évènement qui est une première dans le secteur des médias en particulier, et de la communication en général, les correcteurs de presse et d’édition comptent sur la présence effective des décideurs. Notamment les structures étatiques d’encadrement des médias – Fsdp, Anp, Gepci – ainsi que les organisations sectorielles de la presse et les éditeurs.

« La présence des décideurs à cette cérémonie sera un honneur et une belle opportunité pour nous, de lancer notre cri du cœur. Le correcteur étant le premier partenaire d’un auteur, il est bon qu’il bénéficie d’un certain traitement qui lui permette de s’épanouir professionnellement pour être plus efficace. Malheureusement, très peu de personnes font cas de lui, certainement par ignorance de l’existence et de l’importance du métier. C’est donc pour faire connaître ce métier au grand public que nous organisons cette cérémonie. Car, derrière un grand journaliste ou écrivain, se cache toujours un grand correcteur », souligne Firmin NDri.

Avant de préciser que l’enjeu de la mise sur pied de l’Union des correcteurs, c’est de professionnaliser ce corps de métier pour des parutions journalistiques moins critiquables du point de vue du maniement de la langue française. Il invite par conséquent tous les correcteurs non encore recensés à rejoindre la plateforme pour parler d’une seule et même voix.

SERGES N’GUESSANT