CNP: "Beaucoup d’entreprises de presse sont dans l’informel", selon Raphaël Lapké

mercredi, 29 mai 2013 09:49

[29-05-2013. 11h00] Pour le président du Cnp, « à l’intérieur de la convention, il y a encore beaucoup de possibilités. Il ne faut pas oublier que le salaire est un contrat entre un employeur et un employé ».

CNP: "Beaucoup d’entreprises de presse sont dans l’informel", selon Raphaël Lapké

 

« A l’issue de la première évaluation que nous avons faite du fonctionnement des entreprises de presse, nous avons constaté que beaucoup sont dans l’informel et cela nous a beaucoup chagriné », a confié M. Raphaël Lapké, président du Conseil national de la presse (Cnp) au quotidien le Patriote, paru ce mercredi 29 mai.

 

Le président du Cnp a poursuivi pour dire que c’est cet aspect des choses que sa structure entend corriger.

 

Il faut signaler que le moratoire accordé aux entreprises de presse pour se mettre en règle vis-à-vis de la loi arrive à expiration le 31 mai prochain. Pour ce faire, Raphaël Lapké a indiqué que le collège des conseillers de sa structure se réunira pour faire le point.

 

« Lorsqu’on aura fini de faire le point, nous allons rendre publique la liste de ces entreprises de presse qui auront les qualités requises pour rester sur le marché », a-t-il soutenu.

 

Avant de marteler: « A compter du 31 mai, après la session du collège des conseillers du Cnp, on ne retrouvera sur le marché ivoirien que des titres dont les entreprises seront reconnues comme étant légalement constituées et fonctionnant comme il se doit ».

 

Pour être en règle, il est exigé aux entreprises de presse d’être légalement constitué,d’appliquer la convention collective, de déclarer les journalistes à la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps).

 

En somme, il s'agira de se conformer à la règlementation en vigueur en Côte d’Ivoire conformément à la loi N°2004-643 du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la presse. Cette loi en son article 6 exige en son point 7, « une lettre d’engagement écrite, datée et signée par le directeur de publication à respecter et à appliquer la convention collective interprofessionnelle régissant le secteur de la presse ».

 

Pour le président du Cnp, « à l’intérieur de la convention, il y a encore beaucoup de possibilités. Il ne faut pas oublier que le salaire est un contrat entre un employeur et un employé ».

 

CHEICKNA D. Salif

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Read 1151 times Last modified on mercredi, 29 mai 2013 12:56