• Accueil
  • Culture
  • Patrimoine culturel immatériel de l’humanité: L’Unesco inscrit le Zaouli ivoirien sur la liste

Patrimoine culturel immatériel de l’humanité: L’Unesco inscrit le Zaouli ivoirien sur la liste

jeudi, 07 décembre 2017 10:01
Patrimoine culturel immatériel de l’humanité: L’Unesco inscrit le Zaouli ivoirien sur la liste Crédits: DR.

Les dépositaires du rythme comprennent que le Zaouli peut être une ressource de développement régional et de mise en valeur touristique des territoires Gouro, donc une source de recettes financières multiples pour l’Etat de Côte d’Ivoire.

Patrimoine culturel immatériel de l’humanité: L’Unesco inscrit le Zaouli ivoirien sur la liste  

Le Zaouli, danse pratiquée au son d’une musique du même nom par les communautés Gouro de Côte d'Ivoire, est désormais inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. L’Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO) a rendu publique la décision dans la matinée de ce mercredi 6 décembre 2017.

C’est en 2015 que la Côte d’Ivoire entreprend des démarches auprès de l’UNESCO pour faire labélliser le Zaouli qui est l’une des richesses du patrimoine culturel ivoirien.

Les localités, où est pratiquée cette danse, seront sillonnées par les équipes de l'Office Ivoirien du Patrimoine Culturel (OIPC) dans le but d’expliquer le bien-fondé d’une telle reconnaissance au plan international et obtenir l’aval des autorités coutumières comme exigé par l’UNESCO.

Les dépositaires du rythme comprennent que le Zaouli peut être une ressource de développement régional et de mise en valeur touristique des territoires Gouro, donc une source de recettes financières multiples pour l’Etat de Côte d’Ivoire.

Pour rappel, la Côte d'Ivoire a ratifié la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel le 13 juillet 2006.

Le Zaouli est le 3e élément ivoirien sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel derrière le Gbofê d’Afounkaha (musique des trompes traversières de la communauté Tagbana) et les pratiques et expressions culturelles liées au balafon des communautés Sénoufo qui avaient été inscrits respectivement en 2008 et 2012.

Source: RTI

Read 176 times Last modified on jeudi, 07 décembre 2017 11:42