Musique: G.G Vickey, le "sentimental" s’en est allé

Musique: G.G Vickey, le "sentimental" s’en est allé

jeudi, 16 mai 2013 09:54

L’artiste béninois G.G Vickey estdécédéle 15 mai dernier,aux environs de 12 heures 15 minutes à la clinique Bethel à Abomey-Calavi, a appris fratmat.info dans la presse.

Musique: G.G Vickey, le "sentimental" s’en est allé

 

« Il est gai de voguer sur le lac Ayémé. Quand le temps est serein, fredonnant un refrain. Les pêcheurs enjôlés. Déployant leurs filets. Entonner des chansons. Capture des poissons ». Ces quelques notes qui ont bercé notre enfance sont de G.G Vickey.

 

L’artiste béninois G.G Vickey estdécédé le 15 mai dernier, aux environs de 12 heures 15 minutes à la clinique Bethel à Abomey-Calavi, a appris Fratmat.info dans la presse.

 

L’auteur de la célèbre chanson «Vive les mariés», beaucoup jouée dans les cérémonies de mariages, a déposé le micro et la guitare, à 69 ans. L’artiste souffrait depuis 2010 de maux liés à la vieillesse et à l’hypertension, selon son médecin.

 

Gustave Gbénou Vickey, de son vrai nom, né en 1944 à Athiémé au Bénin, a fait des études de commerce et de comptabilité.

 

Engagé à la fonction publique en juin 1968, cet artiste a occupé d’importants postes de responsabilité dans son pays. Son album le plus connu demeure «G.G Vickey, le chantre de la négritude et sa guitare africaine ».

 

Il débute sa carrière en 1960 et c’est avec son titre sorti en 1969, «Vive les mariés», qu’il obtient la consécration. Avec ce titre, il obtient en 2003, le « Kundé d’or » des mains de la première Dame du Burkina Faso, Mme Chantal Compaoré.

 

Au Bénin, l’artiste a été honoré à plus d’un titre. Deux rues portent son nom. L’une à Cotonou et l’autre à Bopa, sa ville d’origine. L’homme a fait danser plusieurs générations sur des titres à succès comme ''Vive les mariés'', ''La fête du village'', ''La bêtise humaine'', ''L’autre bout du monde'', etc.

 

A cela, il faut ajouter "Président Vickey", "Vikey au paradis", "Que Dieu te bénisse", "Nostalgie africaine", "Aujourd’hui, je pleure", "Davi", "Vive l’Afrique", "La berceuse du Mono", "La fête au village".

 

CHEICKNA D. Salif

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 3104 fois Dernière modification le jeudi, 16 mai 2013 16:46