• Accueil
  • Culture
  • Médias: Des journalistes africains condamnent l'assassinat de trois professionnels des médias en Guinée

Médias: Des journalistes africains condamnent l'assassinat de trois professionnels des médias en Guinée

lundi, 22 septembre 2014 14:45

Selon des sources indépendantes y compris celles de l'Association des journalistes de Guinée, le drame a occasionné "la mort de neuf personnes dont trois professionnels des médias".

Médias: Des journalistes africains condamnent l'assassinat de trois professionnels des médias en Guinée

La Fédération des Journalistes Africains (FAJ) condamne l’assassinat de trois professionnels des médias en Guinée, lors "d’une mission de sensibilisation des populations de la localité de Womé dans la préfecture de Nzérékoré (nord-ouest) sur la lutte contre l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola, qui a viré au drame", rapporte un communiqué.

"Nous présentons nos sincères condoléances aux familles et collègues de nos trois confrères. Nous condamnons avec la dernière énergie cet assassinat de nos collègues alors qu'ils étaient dans l'exercice de leur fonction", a déclaré Mohamed Garba, président de la FAJ. "Ces crimes ne doivent pas rester impunis. Les autorités gouvernementales ont l'obligation d'ouvrir une enquête judiciaire en vue d'arrêter les coupables et de les sanctionner", a-t-il signifié.

Selon des sources indépendantes y compris celles de l'Association des journalistes de Guinée, le drame a occasionné "la mort de neuf personnes dont trois professionnels des médias".

Le Premier ministre guinéen, Mohamed Siad Fofana, a fait une déclaration sur les médias publics pour donner des détails sur les circonstances de cet incident. Il a indiqué que dans la journée du mardi 16 septembre, une délégation des autorités administratives de la région administrative de Nzérékoré et de la  sous-préfecture de Womé s’est rendue dans ladite localité. Parmi les membres de la délégation, il y avait  deux techniciens de la radio rurale de Nzérékoré et un journaliste de la radio Fm Liberté.

Les membres de la délégation se sont employés à sensibiliser la population locale sur la fièvre hémorragique à virus Ebola, a ajouté le Premier ministre. Il s’en est suivie une réaction hostile des habitants de la localité, qui, à l’instar de certaines populations, continuent à être intoxiqués par des informations tendant à faire croire que soit la maladie n’existe pas, soit elle a été créée pour les éliminer.

Devant les jets de pierres et des actes de violence physique, les membres de la délégation n’ont eu d’autres choix que de s’enfuir. Si certains ont pu rejoindre Nzérékoré, neuf membres de la délégation étaient porté-disparus. Une mission de recherche dépêchée sur les lieux a permis de découvrir sept corps sur les neuf disparus.

La FAJ invite les journalistes à prendre des mesures idoines pour leur sécurité physique et à se protéger contre toute contamination pendant la couverture médiatique de l'épidémie. La Fédération a également réitéré son appel à l’endroit des médias africains et internationaux à faire une couverture professionnelle et raisonnable de la maladie à virus Ebola qui sévit présentement en Afrique de l’Ouest.

Esther N’Guessan

Correspondante Communale