Gestion du stress et bonnes manières : Les femmes des médias se donnent les moyens
  • Accueil
  • Culture
  • Gestion du stress et bonnes manières : Les femmes des médias se donnent les moyens

Gestion du stress et bonnes manières : Les femmes des médias se donnent les moyens

mercredi, 27 juin 2018 13:25
Le Réseau des femmes des médias devrait être désormais armé pour vaincre le stress tout en bonnes manières… Le Réseau des femmes des médias devrait être désormais armé pour vaincre le stress tout en bonnes manières… Crédits: DR

Dans un environnement professionnel et social marqué par une hyperactivité, les journalistes et acteurs connexes de la communication se sont formées.

Gestion du stress et bonnes manières : Les femmes des médias se donnent les moyens

Le Réseau des femmes journalistes et des professionnelles de la communication (Refjci), en partenariat avec le cabinet Conférence et Traduction, a organisé une formation pour ses membres. Il s’est agi de développement de leur personnalité, parce que le savoir-faire va de pair avec le savoir-être. C’était le week-end du samedi 23 au 24 juin, à l’initiative de la présidente du Réseau, la journaliste Agnès Kraidy, grand-reporter au Groupe Fraternité Matin.

Le métier de journaliste est un facteur de stress. Le dire, c’est rappeler une évidente vérité. En effet, être toujours à la recherche de la nouvelle, à l’affût du scoop, et des faits, satisfaire le besoin en informations des citoyens, être honnête à défaut de pouvoir être objectif, obtenir le scoop recherché… Le journalisme est vraiment un facteur de stress, comme l’a si bien compris et énoncé Yssouf Soma- Ouattara à l’entame de son intervention. C’était le samedi dernier.

Ce spécialiste en science de l’intelligence créatrice, en technique de méditation transcendantale et membre de l’Institut africain de l’Excellence avait décidé d’accorder du temps aux femmes des médias afin qu’elles comprennent le mécanisme de construction du stress et apprennent à le gérer.

Faisant montre d’une impressionnante maîtrise de son sujet, le formateur a fait savoir aux participantes que le stress est déclenché (concomitamment ou séparément) par quatre facteurs essentiels : la perte de contrôle sur une situation donnée, l’imprévisibilité, la nouveauté et la mise à mal de l’ego

Du repos, rien que du repos

C’est adossé à la définition du médecin suédois Dr Hans Selye que le formateur rappellera que « le stress, c’est la réponse non spécifique de l’organisme à toute demande d’adaptation qui lui est faite ». Le stress est donc une réaction naturelle avec laquelle l’on vit au quotidien.

En d’autres termes, la pression sociale, professionnelle et matérielle déclenche de manière permanente des réactions physiologiques, psychologiques et émotionnelles. A défaut d’éviter le stress qui est l’une des conséquences du mode de vie contemporain, il faut comprendre son fonctionnement et connaître les moyens de l’affronter Comment gérer le stress ? Comment renforcer son autonomie émotionnelle ? Comment devenir plus résistant à l’émotion ? Avec Soma-Ouattara, l’on notera que le véritable remède contre le stress, c’est le repos. Face au stress, il faut savoir bien dormir.

Les bonnes manières

Affronter le stress, c’est aussi avoir une belle vision de sa vie et la mener dans la connaissance et le respect des bonnes manières. Dr Sébastien Appali, interprète-traducteur et fondateur du cabinet Conférence et Traduction s’est fait un réel plaisir pour rappeler aux femmes des médias que la vie en société installe les citoyens dans des rapports  de « conquête du suffrage ». Il s’agit de capacités de séduction (pas physique) et de conviction. Et préciser son idée en ajoutant : « La mondanité et les bonnes manières, ce sont l’ensemble des actions et des réactions qui permettent à un être social de rassembler des suffrages ». Pour les journalistes qui exercent « un métier d’irruption dans la vie des citoyens »,  il est important de ne pas avoir « des comportements d’insulaires ». Mais bien au contraire, renforcer leur savoir-faire par un savoir-être qui fera d’eux « des courtisans de la cour royale de l’information ». A l’analyse, Dr Appali estime que les journalistes doivent apprendre à prendre de l’ascendant sur leur environnement. C’est à cela qu’il a invité les membres du Réseau des femmes journalistes et des professionnelles de la communication.

REMI COULIBALY

Lu 332 fois Dernière modification le mercredi, 27 juin 2018 13:35