Festival de Cannes: "Grigris" du Tchadien Mahamat-Saleh en lice pour la palme d’or
  • Accueil
  • Culture
  • Festival de Cannes: "Grigris" du Tchadien Mahamat-Saleh en lice pour la palme d’or

Festival de Cannes: "Grigris" du Tchadien Mahamat-Saleh en lice pour la palme d’or

jeudi, 16 mai 2013 08:49

Apparemment, l’histoire d’amour entre le cinéaste tchadien et le Festival de Cannes se poursuit bien. Il ne s’agit pas d’une première pour le réalisateur tchadien. Il avait fait sa première montée des marches en 2002 pour la quinzaine des réalisateurs où il avait présenté « Abouna ». Abouna, qui veut dire notre père en arabe tchadien, a eu un large succès auprès des tchadiens dont je me souviendrais toujours.

Festival de Cannes: "Grigris" du Tchadien Mahamat-Saleh en lice pour la palme d’or


La 66e édition du Festival de Cannes se tient du  15 au 26 mai. La liste officielle des dix- neuf films qui concourent pour la prestigieuse Palme d’or a été dévoilée  jeudi 11 avril dernier. Cette année, deux cinéastes africains ont vu leur film figurer sur la liste des sélectionnés : « La vie d’Adèle » du tunisien Abdellatif Kechiche, et « Grigris » du réalisateur tchadien Mahamat-Saleh Haroun.

Apparemment, l’histoire d’amour entre le cinéaste tchadien et le Festival de Cannes se poursuit bien. Il ne s’agit pas d’une première pour le réalisateur tchadien. Il avait fait sa première montée des marches en 2002 pour la quinzaine des réalisateurs où il avait présenté « Abouna ». Abouna, qui veut dire notre père en arabe tchadien, a eu un large succès auprès des tchadiens dont je me souviendrais toujours.

Ensuite, en 2010 quand il avait fait une percée très spectaculaire en décrochant le prix spécial  du Jury pour son film  « Un homme qui crie ».  C’était la première fois, depuis 13 ans qu’un long métrage africain est ainsi distingué à Cannes.

Cette année, Mahamat-Saleh Haroun fait un retour remarquable avec Grigris . Ce dernier film du réalisateur  produit en France, raconte l’histoire d’un jeune de 25 ans qui se rêve danseur. Le film pose là une douloureuse question. Dans le synopsis qui résume l’histoire du film, on peut lire  que Grigris (personnage principal interprété par le burkinabé Souleymane Démé) est un jeune paralytique frappé durant l’enfance par la poliomyélite.  Alors que sa jambe paralysée devrait l’exclure de tout, Grigris lance un défi.

Il  se rêve en un grand danseur. Mais son rêve se brise lorsque son oncle tombe gravement malade. Il doit travailler pour des trafiquants d’essence afin de le sauver. Grigris met avant tout en lumière une certaine jeunesse délaissée qui se bat pour construire un avenir meilleur. Pour le moment, aucune bande annonce n’a été dévoilée. Seules quelques photos traînent sur la Toile, et l’esthétique visuelle de Haroun semble une fois de plus être au rendez-vous.

Pour séduire le jury présidé par le réalisateur américain Steven Spielberg, Mahamat-Saleh Haroun devra affronter des habitués du festival. Parmi eux cette année, il y a les frères Joel et Ethan Coen (Palme d’or en 1991 pour Barton Fink) qui présenteront « Inside  Llewyn Davis ».  Un portrait du village new-yorkais à travers le parcours de l’une de ses figures emblématiques, le musicien Dave von Ronk.

Il y aura aussi le réalisateur danois  Nicolas Winding Refn, qui avait impressionné en 2011 en dernière minute avec « Drive », un film devenu culte. Il sera de nouveau en compétition avec son acteur fétiche Ryan Gosling. 2013, fête aussi le grand retour de Steven Soderbergh  qui avait triomphé en 1989 avec « Sexe, mensonge et vidéo ».

Est-ce qu’il va décrocher sé deuxième palme avec « Behind The Candeblabra » ? Son film annoncé sulfureux parle du pianiste gay Liberace, incarné par Michael Douglas.
Pour ceux qui s’interrogent sur les réelles chances de Mahamat-Saleh Haroun face  à ces grands du septième art, une petite réponse : avec le Grigris, tout est possible.


Mondoblog abdallahboss

Lu 1523 fois Dernière modification le jeudi, 16 mai 2013 09:04