Critique d’art: Des journalistes ivoiriens à l'école de l'expertise française

vendredi, 05 avril 2013 15:11

[05-04-2013. 16h00] Pendant deux jours, les journalistes culturels ivoiriens seront formés à affiner le traitement qu’ils font de l’information artistique.

Critique d’art: L’Aica-ci donne des outils aux journalistes

 

« La survie de l’artiste dépend du galeriste, du collectionneur et du journaliste critique d’art », a affirmé, ce vendredi 5 avril à Abidjan, le critique d’art français Bachar Rahmani. C’était à l’ouverture du séminaire de formation des journalistes culturels à la critique d’art qui se tient les 5 et 6 avril.

 

Pendant deux jours, les journalistes culturels ivoiriens seront formés à affiner le traitement qu’ils font de l’information artistique. Ce, à travers des modules portant sur la critique d’art, l’histoire de l’art et l’écriture journalistique dans ce domaine spécifique.

 

Mme Guirandou N’Diaye, présidente de l’Association internationale des critiques d’art section Côte d’Ivoire (Aica-ci), a fait remarquer qu’aucune structure étatique n'intègre dans son programme, l’enseignement de la critique d’art. C’est aux journalistes culturels qu’échoit le plus souvent ce rôle.

 

« Ce sont donc ces derniers qu’il convient de former d’une manière professionnelle, afin qu’ils soient mieux outillés lorsqu’ils sont amenés à juger une œuvre d’art », a-t-elle expliqué. Avant de conclure en espérant que la presse culturelle ivoirienne « tire un grand profit » de cette formation.

CHEICKNA D. Salif
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Read 1950 times Last modified on vendredi, 05 avril 2013 16:24