• Accueil
  • Culture
  • Burkina Faso: La société civile veut intégrer un musée à l’Assemblée nationale

Burkina Faso: La société civile veut intégrer un musée à l’Assemblée nationale

dimanche, 28 décembre 2014 10:40

L’ancienne Assemblée nationale qui sera érigée en musée servirait, à les en croire, de lieu de conservation de la mémoire collective. Telles sont les propositions du regroupement d’une douzaine d’organisations de la société civile dont fait partie le Pr Luc Marius Ibriga.

 

 

 

 

Burkina Faso: La société civile veut intégrer un musée à l’Assemblée nationale

Les acteurs de la société civile burkinabé veulent  à côté de la nouvelle bâtisse de l’Assemblée nationale qu’ils envisagent construire un musée. Ils l’ont exprimé le samedi 27 décembre 2014, à Ouagadougou, rapporte  l’Agence d’information du Burkina (Aib).

Également, ils ont souhaité que dans un complexe destiné à l’Hémicycle, le bâtiment de l’ancien parlement fasse désormais office de musée.

L’ancienne Assemblée nationale qui sera érigée en musée servirait, à les en croire, de lieu de conservation de la mémoire collective. Telles sont les propositions du regroupement d’une douzaine d’organisations de la société civile dont fait partie le Pr Luc Marius Ibriga.

« Un complexe intégré comportant un nouveau siège de l’Assemblée nationale et l’érection d’un musée sur les ruines du parlement assiégé, symboliserait le passage de l’ancien régime au Renouveau démocratique revendiqué par le peuple », a déclaré le Pr Ibriga.

L’érection de ce musée « est une manière pour faire comprendre aux parlementaires que les lois qu’ils votent doivent être en faveur des populations », a-t-il poursuivi.

Selon le Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, économiste-chercheur, les parlementaires « auront à l’idée que le peuple est désormais mûr et qu’il faut travailler de concert avec lui ».

Ce regroupement d’organisation de la société a également proposé que le financement  de la reconstruction de la nouvelle assemblée nationale soit le fruit d’une quête financière populaire.

Rappelons que l'Assemblée nationale du Burkina est allée en fumée lors de l'insurrection populaire du 30 au 31 novembre qui a emporté le Président Blaise Compaoré.



CHEICKNA D. Salif

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.