• Accueil
  • Culture
  • "Bravo Vendex": Un court métrage qui invite les hommes politiques à tenir leurs promesses

"Bravo Vendex": Un court métrage qui invite les hommes politiques à tenir leurs promesses

lundi, 21 avril 2014 12:31

Si les hommes politiques font l'effort de se comporter en modèles, les populations leur seront reconnaissantes.

"Bravo Vendex": Un court métrage qui invite les hommes politiques à tenir leurs promesses

"Bravo Vendex", c'est le titre d'un film produit par Charles Kouakou, président de l'Ong « Divo émergent » qui a été projeté pour la première fois dans la cour de la mairie devant un grand public et les autorités municipales.

Ce court métrage d'une durée de 20 mn parle du comportement des élus qui une fois à la barre oublient les promesses faites pendant la campagne. C'est l'histoire de Vendex, un homme politique qui a mis l'intérêt de ses administrés au-dessus de tout. Mais à la surprise générale, annonce qu'il ne sera pas candidat à sa succession. Mais les populations qui ont apprécié son bilan vont lui demander de briguer un second mandat. Il sera alors réélu avec un taux de 95% sans battre campagne.

Selon le producteur du film " Bravo Vendex", Charles Kouakou, il est démontré dans ce film que les hommes politiques doivent mettre l'intérêt des populations au-dessus de tout si nous voulons atteindre l'émergence promise par le Président de la République Alassane Ouattara à l'horizon 2020. Le peuple selon lui veut des modèles. Et que si les hommes politiques font l'effort de se comporter en modèles, les populations leur seront reconnaissantes.

"Regardons la Nation. quelque soit notre bord politique. Mettons-nous autour de notre pays, de notre cité. Soyons ensembles. Car l'intérêt du pays, de notre commune passe avant tout" a déclaré Charles Kouakou à la fin de la projection de son film qui ne sera pas  son dernier film dit-il. Avec ce film produit et réalisé à Divo par des acteurs de cette ville, "Bravo Vendex" montre annonce le retour de la capitale de la région du Lôh-Djiboua sur la scène culturelle.

 

SOUMAILA BAKAYOKO

CORRESPONDANT REGIONAL