Banque des experts de l’Unesco/Ue : Compte à rebours pour le renouvellement des consultants
  • Accueil
  • Culture
  • Banque des experts de l’Unesco/Ue : Compte à rebours pour le renouvellement des consultants

Banque des experts de l’Unesco/Ue : Compte à rebours pour le renouvellement des consultants

mercredi, 07 novembre 2018 14:32
Banque des experts de l’Unesco/Ue : Compte à rebours pour le renouvellement des consultants Crédits: DR

Lancé il y a peu, l’appel international à candidatures pour postuler en tant que personne-ressource pour la promotion et la protection de la diversité s’achève le 27 novembre.

Un appel à manifestation d’intérêt lancé pour le renouvellement de la Banque d’expertise Unesco-Ue visant à soutenir les initiatives de renforcement des capacités pour la mise en œuvre et la promotion de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, prend fin le 27 novembre.

Les objectifs de la Convention sont de protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles ; de créer les conditions permettant aux cultures de s’épanouir et interagir librement de manière à s’enrichir mutuellement ; d’encourager le dialogue entre les cultures afin d’assurer des échanges culturels plus intenses et équilibrés dans le monde en faveur du respect interculturel et d’une culture de la paix ; de stimuler l’inter-culturalité afin de développer l’interaction culturelle dans l’esprit de bâtir des passerelles entre les peuples. Bien plus, elle envisage de promouvoir le respect de la diversité des expressions culturelles et la prise de conscience de sa valeur aux niveaux local, national et international. En outre, la Convention s’érige en plateforme de réaffirmation de l’importance du lien entre culture et développement pour tous les pays, en particulier les pays en développement, et d’encourager les actions menées aux plans national et international pour que soit reconnue la véritable valeur de ce lien.

Mais aussi de reconnaître la nature spécifique des activités, biens et services culturels ; de renforcer la coopération et la solidarité internationales dans un esprit de partenariat afin, notamment, d’accroître les capacités des pays en développement de protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles.

Le tout autour du principe du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Etant entendu, conformément aux idéaux de l’organisation onusienne, que « la diversité culturelle ne peut être protégée et promue que si les droits de l’homme et les libertés fondamentales telles que la liberté d’expression, d’information et de communication, ainsi que la possibilité pour les individus de choisir les expressions culturelles, sont garantis ».  La Banque d’experts Unesco-Ue, faut-il le noter, est un groupe international d'experts reconnus (consultants indépendants, universitaires et chercheurs, représentants du gouvernement/fonctionnaire, opérateurs culturels, gestionnaires d'institutions ou d'associations culturelles, etc.) qui ont une expérience pertinente dans la conception ou la mise en œuvre de politiques visant à soutenir les secteurs culturel et créatif.

Créée en 2011, elle a été renouvelée en 2015.  Le présent appel a donc pour objet de renouveler ce pool pour un mandat de quatre ans (2019-2022). Et ce, dans le cadre du projet mené avec l’Union européenne (Ue)  sur « La gouvernance de la culture dans les pays en développement : Créer un nouveau cadre réglementaire pour les industries culturelles et créatives et la coopération Sud-Sud ».

Sur la base des besoins et priorités identifiés par les organes directeurs de la Convention ainsi que par les pays en développement, les experts sont appelés à apporter une assistance au niveau national dans les différents domaines thématiques de la Convention et selon diverses modalités (ateliers, assistance technique, interventions de renforcement des capacités à court et long termes, mentorat, encadrement, etc.).

Edition, arts visuels, cinéma, musique, droits d’auteur et voisins…

L’Unesco recherche donc des experts qui ont une connaissance et expérience avérée de la Convention de 2005, une solide expérience dans la conduite de missions d’assistance technique dans des pays en développement ; une expérience professionnelle dans le domaine des industries culturelles et créatives en rapport, par exemple, avec : l’organisation institutionnelle des secteurs de la création ; l’élaboration et la mise en œuvre de politiques, de stratégies, de cadres réglementaires généraux pour les secteurs de la création ; la conduite de projets de coopération internationale ; le financement ; le développement et le renforcement d’un secteur précis (par exemple, édition, arts visuels, cinéma, musique, droits d’auteur et droits voisins, etc.), la collecte de données dans le secteur de la culture et de la création.

REMI COULIBALY

Lu 141 fois Dernière modification le mercredi, 07 novembre 2018 14:35