Victorien N'guessan KOUAKOU

Victorien N'guessan KOUAKOU

[24-09-2013. 19h30] Selon le Bit, 58% de ces enfants travaillent dans le secteur de l’agriculture, 23% dans le commerce et 10% dans le domaine de l’industrie.

Boko Haram dont l'insurrection secoue le nord-est depuis quatre ans, a déjà mené des attentats dans la capitale nigériane, dans le centre du pays, notamment au siège des Nations unies, dans les bâtiments d'un grand quotidien national et dans un centre commercial.

Boko Haram dont l'insurrection secoue le nord-est depuis quatre ans, a déjà mené des attentats dans la capitale nigériane, dans le centre du pays, notamment au siège des Nations unies, dans les bâtiments d'un grand quotidien national et dans un centre commercial.

Certes, au moins 11 ministres de la nouvelle équipe sont membres actifs de son parti, le Rassemblement pour le Mali (Rpm) mais il a été quand même fait de la place aux autres tendances dans ce gouvernement de 34 membres, avec d’ailleurs des symboles assez forts de la réconciliation souhaitée, comme la nomination aux Affaires étrangères d'un ex-rebelle arabe des années 1990, Zahabi Ould Sidi Mohamed.

Au cours de cette cérémonie, les populations ont manifesté leur volonté de soutenir le conseil municipal dans ses actions de développement.

Certes, au moins 11 ministres de la nouvelle équipe sont membres actifs de son parti, le Rassemblement pour le Mali (Rpm) mais il a été quand même fait de la place aux autres tendances dans ce gouvernement de 34 membres, avec d’ailleurs des symboles assez forts de la réconciliation souhaitée, comme la nomination aux Affaires étrangères d'un ex-rebelle arabe des années 1990, Zahabi Ould Sidi Mohamed.

"Cela fait deux jours aujourd'hui que des hommes armés se réclamant de l'ex-président François Bozizé se sont infiltrés dans les villages autour de Bossangoa (250 km au nord-ouest de Bangui).

"Nous sommes convaincus qu'il ne faut pas d'amnistie pour les personnes accusées d'avoir commis des crimes graves et que ces gens-là ne doivent pas être intégrés dans les forces armées" de la République démocratique du Congo, a déclaré Mme Robinson citée dans un communiqué de l'ONU.

"Nous sommes convaincus qu'il ne faut pas d'amnistie pour les personnes accusées d'avoir commis des crimes graves et que ces gens-là ne doivent pas être intégrés dans les forces armées" de la République démocratique du Congo, a déclaré Mme Robinson citée dans un communiqué de l'ONU.

Le président Joseph Kabila, réélu en 2011 à l'issue d'un scrutin contesté, avait initialement promis ces concertations pour le début de l'année 2013.

Page 53 sur 61