• Accueil
  • Culture
  • " 60 ans de musique, 60 ans de passion " : Que d’émotions pour et avec Manu Dibango !

" 60 ans de musique, 60 ans de passion " : Que d’émotions pour et avec Manu Dibango !

dimanche, 01 juillet 2018 20:22
Légende Plus que jamais au sommet de son art, à 85 printemps, Manu Dibango, en 60 ans de musique, demeure l’as des as du saxo ! Légende Plus que jamais au sommet de son art, à 85 printemps, Manu Dibango, en 60 ans de musique, demeure l’as des as du saxo ! Crédits: RC

Le saxophoniste camerounais de renommée internationale, Manu Dibango, a choisi Abidjan, la capitale économique, mais aussi culturelle de la Côte d’Ivoire, pour donner le « La » de la célébration de ses  60 printemps irisés de musique.

Notamment à travers un concert-anniversaire, dans la soirée du vendredi 29 juin au Palais des congrès du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire de Cocody, précédé d’une séance de dédicace de sa foisonnante discographie à la Fnac Cap Sud de Marcory, devant des fans fort émus, pour les deux évènements.

Manu Dibango, faut-il le noter avec des lettres et en décibels dorés, a accompli une bonne partie de sa carrière musicale en Côte d’Ivoire. Il a été, ainsi que l’a rappelé avec une pointe d’humour, l’icône de la télévision ivoirienne à coups d’anecdotes sur la scène où il a fait montre de son talent quinquagénaire, chef de l’orchestre de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI), dans la décennie 70/80, après Bocana Maïga qu’il a rejoint sur les bords de la lagune Ebrié.

Aussi, symbole pour symbole d’un as du saxo, prophète en terre connue et comble de l’émotion pour les quelque 1600 aficionados qui ont déboursé entre 50 000 et 70 000 FCFA pour obtenir le sésame de cet incroyable anniversaire : l’exécution magistrale des titres d’Ernesto Djédjé et de François Lougah. Ces deux monstres sacrés de la musique ivoirienne arrachés à l’affection du public et de Manu. Cerise sur la gâteau, le duo interprété avec la non moins diva, « Impératrice de la chanson ivoirienne » : Aïcha Koné ! Il n’en fallait pas plus pour qu’une belle brochette d’artistes dont Manu Dibango fût, de près ou de loin, une ombre tutélaire, investissent la scène pour une sorte de bal-poussière sur des airs enjoués. Le public est conquis. S’enchainent alors les tubes de l’un des géniteurs de la World-Music, figure emblématique du Jazz contemporain et père du Soul-Makossa. Citons, pêle-mêle, bien évidemment : « Soul Makossa », « Aye Africa », « Soir au village », « Soma Loba »…

L’humour et l’empathie chevillés à son talent, Manu Dibango échange avec son public. Entre deux couplets, il laisse filtrer des fous rires comme de étincelles de souvenirs par des anecdotes.

En tout cas, Robert Brazza et son équipe, sous la coupe de Balliet Bléziri Camille (BBC) qui ont eu des sueurs froides liées au fait que le public a pris son temps pour venir, ont réussi le pari de l’incroyable anniversaire « 60 ans de musique, 60 ans de passion ». Le tout ponctué d’une expo-photos dans le hall du Palais, où l’on revisite les 6 décennies de la star Dibango, aujourd’hui âgé de 85 ans, aux côtés, entre autres de Myriam Makéba, Georges Brassens, Serge Gainsbourg…

Déjà, la veille, à son arrivée au Salon d’honneur de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny qui a été rehaussée par la présence du ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, du pr Yacouba Konaté, Dg du Marché des aes arts du spectacle d’Abidjan (Masa), des célébrités et bien d’anonymes avaient fait le déplacement pour offrir un « Akwaba » à sa majesté Manu, du reste habillé pour cet anniv’ de rêve, par le designer ivoirien, Ciss St Moïse. Honneur et gloire au roi Dibango !

REMI COULIBALY

 

Read 240 times Last modified on dimanche, 01 juillet 2018 23:25