• Accueil
  • Culture
  • ‘‘Je reste’’: Ismaël Isaac incite la jeunesse africaine à renoncer à l’aventure

‘‘Je reste’’: Ismaël Isaac incite la jeunesse africaine à renoncer à l’aventure

mardi, 19 août 2014 14:20
Le résident Guillaume Soro a reçu l'artiste Ismaël Isaac Le résident Guillaume Soro a reçu l'artiste Ismaël Isaac Crédits: DR

Morceaux choisis du texte de cette chanson : « Plutôt la mort que la honte devant ma mère. De toutes les façons je suis un cabri mort. Dans le passé c’était les blancs qui nous envoyaient de force à Babylon. Aujourd’hui, ils n’ont plus besoin de nous. C’est nous qui allons de force. Le soleil va se lever, il faut que cela change. Il faut que nous changeons ». Ismaël Isaac poursuit son chant pour permettre aux mélomanes de découvrir d’où, il tire le titre de son opus. « Oui, je reste. On ne peut pas tous partir. Sinon qui va construire notre Africa ».

 

 

 

‘‘Je reste’’: Ismaël Isaac incite la jeunesse africaine à renoncer à l’aventure

Après 14 ans de réflexion et aussi d’absence, le reggae maker,  Ismaël Isaac est dans les bacs à musique avec un nouvel  album intitulé « Je reste ». Dans cet album, il incite  la jeunesse  africaine à renoncer  à l’aventure vers les pays occidentaux. C’est à l’occasion de ce retour sur la scène musicale que l’artiste et son staff sont allés présenter, le 18 août dernier, à Abidjan-Plateau, le nouvel opus au Président de l’Assemblée nationale, Guillaume Kigbafori Soro.

« Ismaël Isaac ne pouvait pas être dans les bacs à musique sans que cette nouvelle sortie ne soit présentée à celui-là même que nous considérons comme le symbole de la jeunesse ivoirienne, le Président de l'Assemblée nationale, Guillaume Kigbafori Soro », a déclaré Angelo Kabila, manager de l’artiste.

Également, il a indiqué qu’à travers son œuvre Ismaël a « voulu faire passer un message, un message fort qui se trouve dans son nouvel album, quatorze ans après la sortie de son dernier album. »

 Ce message, insistera Angelo Kabila, est de demander aux jeunes africains de rester chez eux pour aider au développement de leurs pays respectifs.  Ismaël déroule ce message principalement dans le titre « Lampeduza » en featuring avec l’artiste Mokobé.

Morceaux choisis du texte de cette chanson : « Plutôt la mort que la honte devant ma mère. De toutes les façons, je suis un cabri mort. Dans le passé, c’était les blancs qui nous envoyaient de force à Babylon. Aujourd’hui, ils n’ont plus besoin de nous. C’est nous qui allons de force. Le soleil va se lever, il faut que cela change. Il faut que nous changeons ». Ismaël Isaac poursuit son chant pour permettre aux mélomanes de découvrir d’où, il a tiré le titre de son opus. « Oui, je reste. On ne peut pas tous partir. Sinon qui va construire notre Africa », conclu l'artiste dans cette chanson.

Ismaël Isaac, de son vrai nom Kaba Diakité Issiaka, est né en 1966, à Abidjan. Il dispose d’une discographie composée de sept albums: "Tchilaba" (1986), "Yatiman" (1989), "Rahman" (1990), "Taxi jump" (1993), "Treich Feeling" (1997), "Black System" (2000) et "Je reste" (2014), 14 titres présenté officiellement le 14 août dernier.


CHEICKNA D. Salif
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.