• Accueil

Centrafrique: Un signe d'apaisement 11:14 - 21/04/17

vendredi, 21 avril 2017 11:11

C'est aussi celle qui a le plus semé la terreur dans le continent. Mélangeant mystique religieuse, techniques éprouvées de guérilla et violence inouïe, la LRA a assassiné plus de 100.000 personnes et enlevé plus de 60.000 femmes au nord de l'Ouganda puis au Soudan du sud, au nord-est de la République démocratique du Congo et en RCA.

Centrafrique: Un signe d'apaisement

L'annonce de la neutralisation de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) intervient au moment où les troupes ougandaises amorcent le retrait de leurs troupes basées en République centrafricaine (RCA). La LRA de Joseph Kony est l'une plus vieilles rébellions basées en Afrique.

C'est aussi celle qui a le plus semé la terreur dans le continent. Mélangeant mystique religieuse, techniques éprouvées de guérilla et violence inouïe, la LRA a assassiné plus de 100.000 personnes et enlevé plus de 60.000 femmes au nord de l'Ouganda puis au Soudan du sud, au nord-est de la République démocratique du Congo et en RCA.

Ces crimes font en sorte que l'essoufflement de la LRA constitue un signe d'apaisement pour les pays naguère victimes de sa terreur. Encore faut-il ajouter que la LRA se payait le luxe d'évincer le régime du président Yoweri Museveni pour installer en Ouganda une gouvernance prétendument basée sur les 10 commandements.
L'apaisement est d'autant plus certain que les troupes ougandaises déployées au nord-est centrafricain depuis 2009 où elles formaient la pierre angulaire de la mission de lutte contre cette rébellion ont entamé leur retrait.

Le gouvernement ougandais retire ses troupes parce qu'il estime que la LRA a été neutralisée et que son chef Joseph Kony est désormais affaibli et inefficace. Même s'il court toujours et commande une centaine de combattants.

Qui plus est, l'armée américaine a également annoncé qu'elle retirait sa centaine de conseillers militaires déployés en Centrafrique pour combattre la LRA à la suite du constat selon lequel cette rébellion a été considérablement affaiblie.

Dès lors, il appartient aux forces de sécurité centrafricaines, appuyées par les 12.500 casques bleus, d'occuper le terrain laissé vacant par les soldats ougandais afin que les rebelles n'y remettent plus les pieds.

Il appartient également à l'Ouganda d'où la LRA a été chassée en 2006 de relancer la traque contre le chef de la LRA, Joseph Kony , afin de le mettre définitivement hors d'état de nuire .

 

Cameroon Tribune

Rate this item
(0 votes)
Written by  Kamagaté Issouf
Read 547 times Last modified on vendredi, 21 avril 2017 11:14