La Chine réitère l’importance de l’ouverture et des réformes

La Chine réitère l’importance de l’ouverture et des réformes

lundi, 20 mars 2017 15:25

Depuis son introduction il y a plus de 30 ans, la politique de "réforme et ouverture" a été maintes fois soulignée par les dirigeants chinois. Dans le passé, la Chine s’est davantage ouvert au monde extérieur en lançant plus de réformes, alors qu’aujourd'hui, c'est le processus d'ouverture qui propulse plus de réformes, a indiqué un expert.

Le président chinois Xi Jinping, lors d'une réunion de discussion avec des députés à la session annuelle de l'Assemblée populaire nationale (APN) de Shanghai, a une nouvelle fois promis que le pays persistera dans une politique d'ouverture et continuera à libéraliser et à faciliter le commerce et l'investissement, tout en demandant à la municipalité de Shanghai, pionnière dans les réformes et de l'ouverture de la Chine, de donner à nouveau l’exemple.

«La Chine ne fermera jamais la porte au monde extérieur», a-t-il répété.

Le président a appelé Shanghai, qui abrite la première zone pilote de libre-échange (ZLE) du pays, de libérer les esprits, et de chercher de nouveaux horizons.

«La ville devrait également mieux jouer son rôle de banc d'essai de la campagne d'ouverture de la nation, en lançant notamment des réformes novatrices et en faisant plus de percées, afin de montrer au monde entier la fermeté de la Chine pour une ouverture totale», a-t-il ajouté.

Zhang Zhao'an, directeur adjoint de l'Académie des sciences sociales de Shanghai et député de l'APN, a déclaré au Quotidien du Peuple que «l'ouverture» et la «réforme» ont été les deux rouages de l’essor rapide de l'économie chinoise au cours des trois dernières décennies.

«Par le passé, les réformes étaient synonymes d’ouverture, alors que dans la Chine d'aujourd'hui, c'est le processus d'ouverture qui propulse plus de réformes», a noté Zhang.

Saluant l’établissement de la ZLE de Shanghai comme une des meilleures preuves, le responsable a indiqué que les mesures de réforme résultant d'un tel processus a accéléré le rythme d'optimisation de la gestion du gouvernement et l'intégration des ressources.

Revenant sur l'expérience réussie de Shanghai, Zhang a souligné l'importance de la libéralisation des investissements, de la facilitation du commerce ainsi que de l'internationalisation des finances.

Depuis le lancement de la zone pilote, une liste négative d’investissements étrangers à par exemple été introduite et reprise un peu plus tard par d’autres municipalités, a-t-il encore évoqué.

La zone pilote a également innové dans le traitement du commerce international via un guichet unique, permettant aux négociants transfrontaliers de soumettre des documents réglementaires à un seul endroit, a expliqué le député, pour qui cette mesure peut efficacement améliorer l'efficacité.

«De plus, la réforme financière a été accélérée grâce aux efforts menés à Shanghai pour réaliser la connexion entre les bourses notamment celles de Shanghai-Hong Kong, de Shenzhen-Hong Kong, ainsi que la création d’un compte de libre-échange. Au milieu des incertitudes politiques croissantes dans le monde, la Chine doit vraiment adhérer à une ouverture globale et jouer un rôle actif dans le processus de remise en forme du système de gouvernance mondiale.»

A la lumière des antécédents, Zhang Zhao'an a suggéré que les gouvernements et entreprises adaptent leurs politiques et stratégies en temps opportun, citant l'exportation en exemple. Les gouvernements et entreprises devant améliorer la structure du commerce et optimiser le portefeuille de produits.

Les exportations chinoises sont actuellement sous l'ombre de l'environnement global compliqué. Les importations et exportations se sont élevées à 24,3 trillions de yuans (3,7 trillions de dollars) en 2016, en baisse de 0,9% en glissement annuel.

Pour le directeur adjoint de l'Académie des sciences sociales, les entreprises chinoises doivent «aller de l'avant», expliquant que lorsqu'un pays pèsera davantage sur l'économie internationale, celui-ci dirigera la chaîne industrielle mondiale.

«Le gouvernement chinois doit proposer des politiques favorables et des services de soutien pour encourager l'expansion de ses entreprises à l'étranger», a-t-il souligné, conseillant d'améliorer les études sur les lois et règlements des nations le long du parcours de l’initiative «une Ceinture, une Route».

Les autorités doivent également mettre en place et améliorer des plates-formes de services juridiques correspondantes et un système de service afin de réduire les risques de ces entreprises chinoises, a-t-il précisé.

 

 

Source : Le Quotidien du Peuple

 

Rate this item
(0 votes)
Written by  Source : Le Quotidien du Peuple
Read 112 times