Litige foncier à Gagnoa : Une centaine de commerçantes marchent sur la mairie

Litige foncier à Gagnoa : Une centaine de commerçantes marchent sur la mairie

« Nous y sommes depuis trois mois, et nous n’y avions vu personne jusqu’à ce que quelque se présente comme propriétaire », insiste la porte-parole des marcheuses, Mme Bamba Nabintou, commerçante sur le site dit litigieux au sous-quartier Dar-Es-Salam du quartier, Dioulabougou de Gagnoa.

Les commerçantes justifient leur maintien sur l’espace et légitime leur manifestation, par les sommes d’argent versée auprès de la mairie, pour l’acquisition de parcelle sur le site et l’accord des mêmes autorités municipales, pour y engager depuis trois mois, la construction de magasins.

« Nous assumons avec humilité les conséquences de notre décision », a réagi le quatrième adjoint au maire, chargé des relations extérieures, Koré Alex César, qui a reconnu l’erreur de la mairie, pour n’avoir pas poussé plus loin les recherches avant d’accéder à la requête des femmes qui souhaitaient ouvrir un marché sur le site.

« Néanmoins, sachez à notre décharge qu’à la passation de charge, le registre domanial affichait blanc à ce niveau », a fait observer le deuxième adjoint au maire, Boni Valentin, qui a annoncé qu’en contrepartie, la mairie s’est engagée à recaser les femmes commerçantes sur un site, d’un autre marché, à moins de 300 mètres du premier.

Pour l’heure, le détenteur de l’Acte de Concession Définitive (ACD), a intenté un procès contre X, au tribunal de Gagnoa, pour exiger le déguerpissement de son terrain. Ce à quoi, les commerçantes continuent de s’opposer, au prétexte qu’il s’agirait d’une réserve administrative qui a été morcelée, par l’ancienne équipe municipale. La mairie confirme, mais continue de proposer son compromis.

(AIP)

 

LES + POPULAIRES

Coronavirus: qu'est-ce qu'un respirateur et pourquoi est-ce important? Éthiopie : Les élections générales reportées sine die Gbéléban : La police abat un babouin furieux