Prise en charge de l’autisme: Des professionnels se forment aux particularités du contexte africain

Les participants u00e0 lu2019atelier renforcent leurs capacitu00e9s en vue du2019apporter une ru00e9ponse aux pru00e9occupations des autistes.
Les participants u00e0 lu2019atelier renforcent leurs capacitu00e9s en vue du2019apporter une ru00e9ponse aux pru00e9occupations des autistes.
Les participants u00e0 lu2019atelier renforcent leurs capacitu00e9s en vue du2019apporter une ru00e9ponse aux pru00e9occupations des autistes.

Prise en charge de l’autisme: Des professionnels se forment aux particularités du contexte africain

Elle a réuni des professionnels de la santé et des acteurs des services sociaux (éducateurs spécialisés, psychologues…) autour du thème « Modalités de prise en charge dans l’autisme ». Ainsi, du 9 au 12 septembre à l’Institut national de la santé publique d’Adjamé, l’Association 2Aci, en collaboration avec la Bni, entend contribuer à l’amélioration de la qualité des soins de santé aux enfants présentant des troubles du spectre autistique. Identifier les bonnes pratiques, les étapes de la prise en charge, comprendre les troubles de ce handicap font partie des objectifs spécifiques de l’atelier.

Selon Dr Anna Corinne Bissouma, médecin pédopsychiatre, chargée de recherche à l’Institut national de santé publique, il est toujours bon d’adapter les stratégies de lutte en tenant compte du contexte africain. C’est-à-dire inclure dans une approche culturelle le renforcement régulier des connaissances des professionnels, est une belle initiative. Elle ajoutera que le centre Marguerite Te Bonlé a été ouvert en juillet 2017 pour tenter d’apporter une réponse à la problématique de l’autisme en Côte d’Ivoire.

Quant au formateur, Ladrée Laurent, consultant en déficience intellectuelle, il assimile le handicap à un problème de fonctionnement du cerveau. Certains ont des difficultés de communication et d’autres, des difficultés dans le comportement.

C’est pourquoi, il faut observer leur comportement afin d’apporter une réponse adaptée. En les entourant par exemple de beaucoup d’amour. Les participants à l’atelier suivent avec intérêt cette formation. Pour Angèle Konian, cela est une nécessité : « Nous avons des parents qui ont des enfants autistes, il est bon de comprendre les manifestations de ce handicap, de sorte à se donner les moyens idoines pour accompagner ces cas », dira-t-elle.

Signalons que les troubles du spectre autistique (Tsa) sont des troubles complexes du développement de l’enfant. Ils touchent environ un enfant sur 150 aujourd’hui dans le monde et quatre fois plus les garçons que les filles pour des raisons, dit-on, non encore identifiées. Ils se manifestent avant l’âge de trois ans.

CHRISTIAN DALLET