Deuil: Attey Philippe, l’ancien directeur général de la SOTRA, n’est plus

Deuil: Attey Philippe, l’ancien directeur général de la SOTRA, n’est plus

C’est dans la Banque que M. Attey a fait l’essentiel de sa carrière. Il a été d’ailleurs président du club des dirigeants de banques et établissement de crédits d’Afrique francophone.

Alors à Niamey au Niger, il apprend par la télévision qu’il est nommé en 2000 au poste de directeur général de la Société des transports abidjanais, relatent des médias locaux et jeuneafrique. Pour la Côte d’Ivoire, il n’avait pas le choix. Mais le chantier était tout de même titanesque.

Pour preuve, à son arrivée, la Sotra affichait « des pertes cumulées de 33 milliards de Fcfa » pour un capital de 3 milliards. Il faillait relever les chiffres et agrandir le parc autobus. « J’ai examiné les documents comptables sur les trois années précédentes. La société était au bord de la faillite mais les germes d’une restructuration étaient visibles », expliquait-il.

Pour redresser l’entreprise, le patron de la Sotra incite les employés au travail, eux qui en « avaient perdu l’habitude ». Il crée une division « audit interne ».

Mais en septembre 2002, les premiers efforts sont balayés avec la destruction de nombreux autobus. Il fallait mettre en place une nouvelle stratégie. Celle-ci a permis l’achat d’autobus neufs et d’occasion ainsi que le montage sur place de bateaux bus, à l'atelier de la Sotra sis à Koumassi.

En 2006, le plan de restructuration du directeur général est validé par le gouvernement. Depuis ce moment, la situation financière a connu « une amélioration », avant la crise post-électorale de 2010. « La Côte d'Ivoire se souvient toujours de vos grandes performances à la Sotra », indiquent des proches du défunt.

EDOUARD KOUDOU
edouard.koudou@fratmat.info

 

 

 

LES + POPULAIRES

Coronavirus : Le Conseil National de Sécurité proroge l’état d’urgence jusqu’au 14 juin 2020 Lutte contre la maladie à coronavirus : L’isolement du Grand Abidjan reste en vigueur Mise en liberté provisoire de Gbagbo et Goudé : La CPI modifie les conditions