Fistule obstétricale : 3318 femmes porteuses prises en charge

Fistule obstétricale : 3318 femmes porteuses prises en charge

Véritable problème de santé publique, la fistule obstétricale est, pour les femmes qui en sont victimes après un accouchement difficile, une affection gênante et dégradante. Souffrant d’une incontinence urinaire permanente, ces dernières vivent dans la honte. Elles sont bien souvent rejetées par leurs parents et la communauté. La fistule engendre également, à long terme, des complications sanitaires, telles que des infections cutanées, des troubles rénaux et des décès en l’absence de traitement.

Pour Eugène Aka Aouélé, « en dépit de ses ravages, la fistule obstétricale n’est pas une fatalité ». Le ministre ivoirien de la Santé et de l’Hygiène publique en a donné l’assurance dans la déclaration du gouvernement relative à la Journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale (Jifo), célébrée le 28 juin de chaque année. Cette pathologie, a-t-il indiqué, « est évitable par la prévention, qui reste le meilleur bouclier contre sa survenue ». Les actions menées par le gouvernement ivoirien et ses partenaires en la matière ont permis de prendre gratuitement en charge 3318 femmes porteuses de fistules et de réinsérer 720 parmi elles dans des activités génératrices de revenu.

« L’Etat de Côte d’Ivoire, à travers le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, a initié plusieurs interventions visant à améliorer l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive de qualité pour toutes les femmes et surtout pour les jeunes filles. Il s’agit notamment de la mise en œuvre de la politique nationale de gratuité ciblée, de l’intensification de la Planification familiale, de l’investissement massif dans la réhabilitation et la construction de structures de santé et de la mise en œuvre du « Projet prévention et prise en charge gratuite des fistules obstétricales avec l’appui de  l’Unfpa et l’Agence coréenne de coopération internationale (Koica) », a étayé Aka Aouélé.

Il a insisté sur la nécessité et l’importance pour les femmes de pratiquer la planification familiale, de respecter le calendrier des consultations prénatales, d’abandonner les accouchements à domiciles et de renoncer à l’excision et aux mariages précoces.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a, par ailleurs, souligné que la lutte contre la fistule obstétricale reste une priorité de l’action gouvernementale. « Avec le concours de tous et dans un environnement apaisé, nous arriverons à vaincre cette maladie et à améliorer les conditions de vie des femmes et des enfants (…). Je demande donc à chaque citoyen de s’approprier ce slogan qui est le thème de cette journée commémorative : ‘‘Les fistules obstétricales sont une violation des droits humains : mettons y fin maintenant’’ », a conclu Aka Aouélé.

GERMAIN GABO

LES + POPULAIRES
Insécurité : Deux présumés kidnappeurs interpellés par la police Opération ‘‘100.000 dépistés’’ : La Fondation Orange CI apporte son soutien à la Société Ivoirienne de Cardiologie d’Abidjan Environnement : Des foyers améliorés réduisent la consommation de bois