8es assises de l’Aisa à Korhogo: Voici les recommandations pour une agriculture durable

Lors de la cu00e9ru00e9monie de clu00f4ture, les autoritu00e9s ont saluu00e9 toutes les recommandations qui ont u00e9tu00e9 faites et pris l'engagement de les appliquer.
Lors de la cu00e9ru00e9monie de clu00f4ture, les autoritu00e9s ont saluu00e9 toutes les recommandations qui ont u00e9tu00e9 faites et pris l'engagement de les appliquer.
Lors de la cu00e9ru00e9monie de clu00f4ture, les autoritu00e9s ont saluu00e9 toutes les recommandations qui ont u00e9tu00e9 faites et pris l'engagement de les appliquer.

8es assises de l’Aisa à Korhogo: Voici les recommandations pour une agriculture durable

À l’instar de tous les pays du monde entier, la Côte d’Ivoire fait face au phénomène du changement climatique qui n’est pas sans conséquences sur la production agricole durable, et partant, sur le bien-être des populations, à l’échelle du terroir, voire nationale.

Conscient de cette situation qui menace même l’existence de la planète, les chercheurs et enseignants-chercheurs, ont décidé de prendre leurs responsabilités en engageant le combat contre ce changement climatique qui, depuis près d’un quart de siècle, se fait sentir.

D’où la tenue à Korhogo des 8e assises de l’Association ivoirienne des sciences agronomiques (Aisa) sur le thème: « Changement climatique, l’agriculture durable et innovation en zone de savane soudanienne, cas de la région du Poro ». Et dont les travaux ont pris fin jeudi dernier (du 24 au 26 avril).

Quatre cibles d’acteurs

Au sortir de ces échanges qui ont permis aux uns et aux autres de se « nourrir » de leurs réflexions, des recommandations ont été faites et adressées à quatre catégories de cibles.

Au gouvernement, il lui est recommandé, entre-autres, de définir des politiques d’adaptation des populations face au changement climatique, de renforcer la concertation entre les différents acteurs pour le règlement des conflits fonciers, d’initier et de développer l’urbanisation verte, d’initier et de développer une agriculture à haute productivité sur un espace réduit et de renforcer les capacités des acteurs impliqués dans la chaîne de valeur.

Concernant spécifiquement la région du Poro, les participants ont recommandé aux autorités administratives et aux collectivités territoriales de mettre en place des mécanismes de sensibilisation à l’utilisation des techniques modernes de production et de transformation des produits et de renforcement des capacités des populations sur le changement climatique, de veiller à l’application par les producteurs des schémas et stratégies adoptés par l’État, etc.

Les communautés locales n’ont pas été oubliées puisque les participants leur ont adressé une recommandation qui consistera pour elles à s’approprier les outils modernes développés par la recherche pour une production en quantité et en qualité pour mieux faire face au changement climatique. Enfin, des recommandations ont été faites aux participants eux-mêmes.

À ceux-ci, il est recommandé, entre-autres, de développer et mettre en œuvre des programmes et projets de recherche intégré, participatifs, innovants et structurants pour renforcer  la résilience des populations face au changement climatique, d’intégrer dans les curricula des modules de formation et de renforcement des capacités scientifiques et techniques pour faire face au changement climatique, d’investir dans la chaîne de valeur des différentes filières agricoles pour une meilleure production, transformation, conservation et transport des produits agricoles dans un contexte de changement climatique, etc.

Autant de résultats édifiants qui n’ont pas laissé indifférentes les personnalités qui ont présidé la cérémonie de clôture. C’est à juste titre, du reste, que les participants ont reçu les félicitations bien appuyées de Lassina Binaté, secrétaire général 1 de la préfecture de Korhogo, qui représentait pour la circonstance Daouda Ouattara, préfet de la région du Poro, préfet du département de Korhogo. Il n’a pas manqué d’adresser la gratitude de son patron au président de l’Aisa et à toute son équipe. Il a réaffirmé l’adhésion totale des autorités locales aux principes et à la philosophie de ces assises.

Le Pr Célestin Boua Atsé, président de l’Aisa, tout en remerciant tous ceux qui ont permis la tenue de cette conférence, s’est modestement félicité de ce que les objectifs fixés aient été largement atteints. Même s’il aurait voulu une plus grande participation des cadres, fonctionnaires et population de la région du Poro lors de leurs séances de discussions. Il a promis de corriger cette lacune lors des prochaines assises qu’il met sur le compte d’une insuffisance de communication.

Si ces 8e assises ont pu avoir lieu, c’est grâce au Président de la République, Alassane Ouattara, qui en assurait le haut patronage et le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le parrainage. C’est à juste titre que des motions de remerciements leurs ont été adressées.

CHARLES KAZONY
Envoyé spécial à Korhogo

LES + POPULAIRES

Violence et harcèlement au travail: Le BIT organise un atelier pour l’élimination de ce fléau en Côte d'Ivoire Éducation nationale : Une chaîne de télévision va dispenser des cours au profit des tout-petits Participation politique des femmes : Les femmes parlementaires faites ambassadrices de l’Agenda FPS