Peinture: Samir Zarour, un demi-siècle irisé sur les cimaises du Sofitel Ivoire !

Le peintre Samir Zarour cu00e9lu00e8bre ses 50 ans de peinture sous le patronage du2019Henri Konan Bu00e9diu00e9 et proposera des toiles inspiru00e9es et inspirantes comme le tableau u00ab Rendez-vous manquu00e9 u00bb.
Le peintre Samir Zarour cu00e9lu00e8bre ses 50 ans de peinture sous le patronage du2019Henri Konan Bu00e9diu00e9 et proposera des toiles inspiru00e9es et inspirantes comme le tableau u00ab Rendez-vous manquu00e9 u00bb.
Le peintre Samir Zarour cu00e9lu00e8bre ses 50 ans de peinture sous le patronage du2019Henri Konan Bu00e9diu00e9 et proposera des toiles inspiru00e9es et inspirantes comme le tableau u00ab Rendez-vous manquu00e9 u00bb.

Peinture: Samir Zarour, un demi-siècle irisé sur les cimaises du Sofitel Ivoire !

Peinture: Samir Zarour, un demi-siècle irisé sur les cimaises du Sofitel Ivoire !

Le mercredi 8 février, l’artiste-Samir Zarour, l’un des grands maîtres des arts visuels ivoiriens, célèbrera ses 50 ans de carrière à travers une exposition dont le vernissage aura pour théâtre le salon Chandelier-lagune du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire de Cocody, à partir de 19 heures.

Mêlant à la fois rétrospective et créations spéciales pour l’évènement, les 31 tableaux de Zarour inspirés aussi bien par sa Côte d’Ivoire qu’il chérit tant que par la France, la Bretagne spécifiquement, dont il est tombé sous le charme, sont un cocktail irisé de la beauté des paysages et des hommes, ou plutôt des femmes. Celles dont il dévoile, ostensiblement ou de façon suggestive, les formes et les traits. Avec pour sujet principal, la beauté, à l’image du tableau « Rendez-vous manqué » à travers lequel, au-delà de la mélancolie, se dégage une sublime beauté.

Premier plasticien ivoirien diplômé des Beaux-arts de Paris, France (1960-1967), grâce à la mansuétude du Président Félix Houphouët-Boigny qui lui octroya une bourse, Samir Zarour veut ce cinquantenaire comme une marque de reconnaissance.

Reconnaissance à ce père spirituel et mécène que fut le premier président ivoirien, mais aussi à tous les autres dans le même élan, qui l’ont soutenu tout au long de ses cinq décennies d’une créativité prolifique. Il en est ainsi du successeur du « Sage de Yamoussoukro », le « Sphinx de Daoukro », le Président Henri Konan Bédié. Dont la célébration des 50 ans est placée sous le patronage et qui verra son épouse, Henriette présider personnellement le vernissage dont elle est la marraine.

Les esthètes et autres amateurs d’art ivoiriens qui viendront revisiter sur les cimaises du Sofitel Ivoire, mêleront leurs émotions à celles d’une quinzaine d’invités spéciaux de Bretagne, inconditionnels du talent de Samir Zarour. Au nombre desquels son maître et mentor des Beaux-arts, une signature-référence de l’art des 20e et 21e siècles, Roger Chapelain qui, entre autres états de service, fut l’unique portraitiste du Général De Gaulle, Dominique Fagot, ancien directeur général de Canal France international, Lucien Panet, ancien maire d’une commune bretonne, Michel Franchini, ingénieur de renom à la retraite à Aérospatiale (Toulouse)…


Le projet monumental des femmes-martyrs

Il l’avait évoqué au lendemain de la crise post-électorale avec son ami, admirateur et mécène, Adama Toungara, maire d’Abobo, commune qui avait vu des femmes subir le martyr des armes à feu. Puis il l’avait réitéré à la faveur de sa dernière exposition à l’Institut français d’Abidjan-Plateau le 4 avril 2014. Il s’agit du projet de Samir Zarour d’ériger une œuvre monumentale dédiée à la paix et au vivre-ensemble en Côte d’Ivoire, en Afrique et dans le monde.

REMI COULIBALY

LES + POPULAIRES

Droit de propriété intellectuelle : La formation des magistrats recommandée Santé : L’Ong « Avec le Cœur » fait un don de matériel médical aux centres socio-sanitaires Réseau des diplômés de l’Ena : Un site internet pour servir de support de propositions à l’État