Guitry : Les populations de Yocoboué et de Brahiri privées d'eau

Des habitants parcourent des kilomu00e8tres pour se ravitailler en eau moyennant de l'argent
Des habitants parcourent des kilomu00e8tres pour se ravitailler en eau moyennant de l'argent
Des habitants parcourent des kilomu00e8tres pour se ravitailler en eau moyennant de l'argent

Guitry : Les populations de Yocoboué et de Brahiri privées d'eau

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE

Guitry : Les populations de Yocoboué et de Brahiri privées d'eau

 

Les populations de la sous-préfecture de Yocoboué  et du village de Brahiri dans le département de Guitry sont confrontées à une grave pénurie d'eau depuis des mois. C'est la révélation faite par le député de Guitry Francis Desclercs lors de la tenue de la deuxième session du conseil régional à Divo le vendredi 13 septembre.

 

A Yocoboué, chef-lieu de sous-préfecture, c'est par rotation  que se fait le ravitaillement de la population en eau par  le seul château d'eau qui existe.

 

« Chaque jour, un quartier est servi et les autres doivent attendre près de cinq jours après pour être approvisionné en eau », a indiqué le député.

 

Il ajoute : « A Brahiri, village situé à 7km de Gutry sur une colline d'environ 400m d’hauteur, la pompe est située au bas de la colline. Conséquence, l'eau n'arrive  pas à monter. Et la population est obligée de se ravitailler dans les rivières, les marigots et ailleurs avec tout ce que cela comporte comme risque de maladies causées par l'eau ».

 

A cet effet, le député Francis Desclercs lance un cri de coeur devant le président et les conseillers régionaux pour qu’ils trouvent une solution à cette grave pénurie d'eau dans ces deux localités du département de Guitry qui compte 200.000 habitants.

 

 Soumaïla Bakayoko

 Correspondant régional

LES + POPULAIRES
Kouyaté Youssouf aux chefs de service: «Appropriez-vous la matrice d’action au titre de l’année 2020» Médecine traditionnelle : Des praticiens formés en ethnomédecine chinoise Alépé : Des sinistrés des inondations plaident pour leur recasement