Bénévolat: Des retraités français veulent aider au développement de l’Afrique

du2019Agir-abcd apporte une aide ponctuelle et bu00e9nu00e9vole dans les pays en voie de du00e9veloppement avec la ru00e9serve de ne pas prendre la place du2019un intervenant salariu00e9.
du2019Agir-abcd apporte une aide ponctuelle et bu00e9nu00e9vole dans les pays en voie de du00e9veloppement avec la ru00e9serve de ne pas prendre la place du2019un intervenant salariu00e9.
du2019Agir-abcd apporte une aide ponctuelle et bu00e9nu00e9vole dans les pays en voie de du00e9veloppement avec la ru00e9serve de ne pas prendre la place du2019un intervenant salariu00e9.

Bénévolat: Des retraités français veulent aider au développement de l’Afrique

Bénévolat: Des retraités français veulent aider au développement de l’Afrique


Des retraités français regroupés au sein de l’Association générale des intervenants retraités, actions de bénévoles pour la coopération et le développement (Agir-abcd) entendent apporter leur savoir-faire et leurs compétences pour le développement des pays africains. C’est cette structure qui a été présentée ce mercredi 10 avril, à Abidjan-Plateau, à l’Institut français à de nombreuses organisations non gouvernementales exerçant sur la place.


Membre de la plate-forme France-volontaires, cette structure inscrit ses interventions dans le domaine de la formation, de l’assistance aux Pme/Pmi (petites et moyennes entreprises-petites et moyennes industries).


« Les membres d’Agir-abcd apportent leur aide ponctuelle et bénévole dans les pays en voie de développement avec la réserve de ne pas prendre la place d’un intervenant salarié », a affirmé Jean Boulaye, responsable d’Agir-abcd en Côte d’Ivoire.


Les actions d’Agir-abcd sont multiples. Elles sont sous forme de formation, de transfert de savoir-faire ou d'appui à des projets de développement économique, culturel et humanitaire.


Selon lui, cette association est intervenue dans la formation professionnelle en menuiserie, la maintenance des engins et la formation en agriculture-élevage. A cela, il faut ajouter l’aide à la mise en place d’un centre d’éducation pour handicapés, les conseils pédagogiques et les audits comptables.



CHEICKNA D. Salif
salifou.dabou@fratmat.info

LES + POPULAIRES

Danho Paulin: «Il ne faut pas interpréter les mesures d’allègement comme un retour tranquille à la normale» Formation par le e-learning : L’Ambassade d’Israël et la Chaire Unesco s’unissent Cepe, Bepc, Bac, Cafop/Session 2020 : Tout sur les dispositions et le réaménagement du calendrier