L'éditorial par Amedée Assi: Ouattara, 1 000 mains et 1 cœur... d’or

Abidjan
Abidjan
Abidjan

L'éditorial par Amedée Assi: Ouattara, 1 000 mains et 1 cœur... d’or

Le 10/01/22 à 07:56
modifié 10/01/22 à 07:56
Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, est véritablement en chantier. Et personne, même les plus farouches opposants ou détracteurs du Président Ouattara, ne saurait le nier car nul ne peut cacher le soleil avec sa main. Les « Unes » des journaux ivoiriens, ces derniers jours, l’indiquent bien : « Échangeur de l’amitié ivoiro-japonaise : les travaux du tablier débutent dès le 10 janvier » ; « Riviera : le pont du Golf livré le 10 janvier » ; « Construction de l’échangeur d’Abobo: la voie Anador-Carrefour gendarmerie fermée à partir du 10 janvier ». Vous l’avez constaté, toutes ces actions de grande envergure auront lieu, rien qu’à cette date du lundi 10 janvier 2022, aujourd’hui donc !

Et ce n’est pas tout. Cette année, pour Abidjan, le 4e pont Yopougon-Plateau, le pont de Cocody et l’échangeur de l’Indénié seront achevés, quand au même moment, débuteront les travaux de construction de huit nouveaux échangeurs dans la capitale économique du pays. Les chantiers en cours et autres achevés, ici et là, dans tout Abidjan, n’ont pas échappé au frère d’un ami qui disait, il y a peu, qu’Abidjan est la capitale africaine le plus en chantier. Cela veut tout dire, surtout venant de la bouche d’un chauffeur, pour ne pas dire un routier qui parcourt bien des capitales d’Afrique de l’Ouest.

Mais puisque le projet « Une Côte d’Ivoire solidaire », voulu et initié par le Président de la République, Alassane Ouattara et conduit par le Premier ministre Patrick Achi, vise à offrir de meilleures conditions de vie à tous les Ivoiriens, partout où ils se trouvent, c’est dans tout le pays que des investissements massifs sont et seront réalisés. Car, comme l’a dit le Chef de l’État dans son traditionnel message à la Nation, le 31 décembre dernier, pendant que le gouvernement investit massivement dans les infrastructures pour améliorer la fluidité du trafic dans le Grand Abidjan, il va aussi continuer de désenclaver les zones rurales, relier toutes les capitales régionales et rendre accessibles tous les chefs-lieux de département par des voies bitumées.

« Au cours de l’année 2022, nous poursuivrons, avait notamment indiqué le Président Ouattara, l’extension de l’Autoroute du Nord jusqu’à Bouaké, la réhabilitation de La Côtière Abidjan-San Pedro. »

Comme s’il avait 1 000 mains, au moment où il construit ici des ponts, là des routes et échangeurs, le Président de la République s’attelle à accélérer le processus de transformation structurelle de l’économie ivoirienne ; à mettre un accent particulier sur l’emploi des jeunes et des femmes ; à assurer la bonne gouvernance et à lutter davantage contre la corruption.

Cette attention particulière du gouvernement pour les jeunes, on la retrouve d’ailleurs dans l’annexe fiscale 2022. Le directeur général des Impôts, Abou Sié Ouattara, l’a fort justement rappelé, vendredi dernier, lors du déjeuner de presse avec les journalistes et patrons de presse sur les innovations contenues dans ladite annexe. Selon le patron des Impôts, l’objectif visé par l’administration fiscale ivoirienne est de «consolider la réduction du taux de pauvreté à travers notamment la politique de l’emploi et le doublement du Pib par habitant à l’horizon 2030. »

Il a ainsi insisté sur les dispositions relatives au « crédit d’impôt Bic » pour la formation et l’emploi. « Cet aménagement des dispositions du code général des impôts relatives à la formation, à l’apprentissage et à l’emploi vise la création de milliers d’emplois, l’une des priorités de la politique économique et sociale du gouvernement ».

A travers ce dispositif fiscal d’incitation à la formation professionnelle et à l’emploi, l’État veut renforcer son impact en étendant le crédit d’impôt accordé dans le cadre des contrats d’apprentissage : contrat de stage de qualification ou d’expérience professionnelle.

« Ce crédit de 500 000 F Cfa par an et par personne formée est porté à 750 000 lorsque le stage de qualification ou d’expérience professionnelle concerne une personne en situation de handicap, pour les entreprises soumises à un régime réel d’imposition », a précisé le directeur général des Impôts.

Bourreau de travail, le Président Ouattara est, avant tout, un homme au cœur d’or et à la bonté infinie. Si beaucoup d’Ivoiriens épiloguent, aujourd’hui, sur sa grandeur d’âme et sa clémence à l’égard de Marcel Amon Tanoh, son ancien directeur de cabinet, ex-ministre des Affaires étrangères qu’il vient de faire nommer au poste de secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente, il faut se souvenir de bien d’autres actes d’indulgence, de largeur d’esprit et de munificence qu’il n’a cessé de poser depuis qu’il est à la tête du pays. Même à l’égard de personnes qui ont cherché à attenter à sa vie et qui ont, suprême sacrilège, souillé la dépouille de sa défunte génitrice.

Les membres de l’opposition, pour les moins ingrats, se souviendront sans doute qu’il a fait dégeler leurs avoirs, accordé des amnisties, fait libérer des prisonniers, fait réinsérer des ex-exilés dans l’administration, etc.

Au total, si le Chef de l’État a 1 000 mains pour assurer le développement harmonieux et inclusif de la Côte d’Ivoire, il a 1 cœur d’or pour assurer la paix, la réconciliation et la stabilité du pays, au grand bénéfice de tous les Ivoiriens.


Le 10/01/22 à 07:56
modifié 10/01/22 à 07:56

LES + POPULAIRES

Développement socioéconomique/Le ministre Koffi N’Guessan : « Le FDFP est un dispositif très important… » Décès du père de Sangaré Badra Ali : Le FPI aux côtés de la famille éplorée Affaire « 4 filles décédées à Koumassi » : Ce que l’on sait une semaine après ce drame