Ports d’Abidjan et de San Pedro : Les agents renforcent leurs capacités sur le Code ISPS

Cette formation a permis de renforcer la compétence des agents en fonction dans les ports autonomes d’Abidjan et de San Pedro, en matière de Sûreté et de sécurité des navires. (DR)
Cette formation a permis de renforcer la compétence des agents en fonction dans les ports autonomes d’Abidjan et de San Pedro, en matière de Sûreté et de sécurité des navires. (DR)
Cette formation a permis de renforcer la compétence des agents en fonction dans les ports autonomes d’Abidjan et de San Pedro, en matière de Sûreté et de sécurité des navires. (DR)

Ports d’Abidjan et de San Pedro : Les agents renforcent leurs capacités sur le Code ISPS

Le 25/12/21 à 11:16
modifié 25/12/21 à 11:16
L’Institut de Sécurité maritime interrégional (Ismi) a initié récemment, une formation à l’intention de différents agents des ports d’Abidjan et de San Pedro.

Une vingtaine d’acteurs du secteur maritime, exerçant au port autonome d’Abidjan, ont bénéficié les 16 et 17 décembre dernier, d’une formation sur le Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires (ISPS).

Initié par l’Institut de sécurité maritime interrégional (Ismi), en partenariat avec la coopération française, ce séminaire qui s’est tenu à la salle de réunion de l’ancienne direction générale du Port autonome d’Abidjan (PAA), avait pour but de renforcer les connaissances des bénéficiaires sur la sûreté et la sécurité portuaire, et en particulier, celles des navires qui accostent dans les ports ivoiriens.

Composés notamment, de douaniers, policiers, gendarmes, et des personnels des compagnies maritimes, les auditeurs de cette formation ont été situé entre autres, sur leurs part de responsabilité dans la chaine de lutte contre les actes de malveillance dans la société, dans l’espace naturel et mais surtout dans la compagnie maritime. A travers des modules tels que « l’introduction à la sureté maritime », « la position latérale de sureté », « la responsabilité des acteurs et le plan d’urgence lié à la sureté dans une installation propre ».

La formation était assurée par Koffi Kouamé Eugène, conseiller technique, du Directeur général de l’Académie régionale des sciences et techniques de la mer (ARSTM), ainsi que par l’Unité d’intervention de la Gendarmerie nationale (Uign).

Selon le formateur, Koffi Eugène, le code ISPS, entré en vigueur depuis le 1er juillet 2004, se présente comme un véritable dispositif de prévention des actes illicites. A savoir, la piraterie, le terrorisme, les trafics illicites (contrebandes d’armes, stupéfiants, sabotage, vol de marchandises, prise d’otage, immigration clandestine, etc).

« Le code ISPS a été créé suite aux attentats du 11 septembre 2001, aux Etats-Unis d’Amérique. Depuis cet évènement, la communauté maritime mondiale a pris conscience que si des avions ont pu être utilisés pour commettre des actes de terrorisme de grande ampleur aux Etats-Unis, un des pays où l’aéroportuaire est le mieux protégé, les navires pourraient être également utilisés à des fins terroristes », a-t-il expliqué. Ajoutant que le code ISPS a pour objet d’établir un cadre international dans lequel les gouvernements contractants, les organismes publics, les administrations locales et les secteurs maritimes et portuaires, coopèrent pour détecter et évaluer les menaces contre la sûreté, afin de prendre des mesures de sauvegarde idoines.

Notons que la même formation a été organisée du 6 décembre au 10 décembre, à l’intention des agents de sûreté de l’installation portuaire, du Port autonome de San Pedro. Puis, les 13 et 14 décembre, à l’intention aux agents chargés de tâches spécifiques liées à la sûreté maritime du même port.

Le 25/12/21 à 11:16
modifié 25/12/21 à 11:16

LES + POPULAIRES

Infrastructures hospitalières: Patrick Achi lance le CHR d'odienné et l'hôpital général de Gbelegban  Affaire « Clément Nourrison abattu froidement » : La police neutralise l’un des présumés assassins, le second encourt l’emprisonnement à vie (Procureur de la République) Gbéléban: Le Premier ministre Patrick Achi pose la 1re pierre de l’hôpital général d’un coût total de 14,6 milliards FCFA