Comité consultatif international du coton: L’ambassadeur Aly Touré plaide pour la création d’un institut de recherche pour l’Afrique de l’Ouest

L’ambassadeur Aly Touré (à droite) était accompagné pour la circonstance de SEM. Mamadou Haïdara, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Côte d’Ivoire aux États-Unis d’Amérique. (Photo : DR)
L’ambassadeur Aly Touré (à droite) était accompagné pour la circonstance de SEM. Mamadou Haïdara, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Côte d’Ivoire aux États-Unis d’Amérique. (Photo : DR)
L’ambassadeur Aly Touré (à droite) était accompagné pour la circonstance de SEM. Mamadou Haïdara, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Côte d’Ivoire aux États-Unis d’Amérique. (Photo : DR)

Comité consultatif international du coton: L’ambassadeur Aly Touré plaide pour la création d’un institut de recherche pour l’Afrique de l’Ouest

Le 21/09/21 à 21:49
modifié 21/09/21 à 21:49
Sem Aly Touré, président du Conseil de l’organisation internationale du cacao (Icco), a été reçu en audience, le 8 septembre à Washington Dc (États-Unis), par le directeur exécutif du Comité consultatif international du coton (Icac), Kai Hughes.

L’ambassadeur, Aly Touré, était accompagné, pour la circonstance, par Sem Mamadou Haidara, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Côte d’Ivoire aux États-Unis d’Amérique.

Au cours de cette rencontre, le président du Conseil de l’Icco a souligné qu'il est venu remercier les états membres pour avoir accepté que la 77e session plénière de l’Icac soit organisée, du 2 au 8 décembre 2018, à Abidjan (Côte d’Ivoire) et leur transmettre, par la même occasion, la gratitude du gouvernement et du peuple de Côte d’Ivoire.

L’Ambassadeur a manifesté le souhait de la Côte d'Ivoire d'abriter une antenne régionale du réseau global de la recherche cotonnière ainsi qu’un institut de recherche du coton pour l’Afrique de l’ouest. Il a ajouté que la Côte d’Ivoire, qui est un grand producteur de coton, attend beaucoup de l’Icac en vue de la durabilité de l’économie cotonnière, d’une part, et de l’amélioration des conditions de vie de ses producteurs, d’autre part.

Le directeur exécutif de l’Icac, Kai Hughes, a, pour sa part, demandé aux autorités ivoiriennes d'approcher, au nom de l’Organisation, les pays tels le Bénin, le Mali, le Tchad, le Ghana, le Sénégal et le Burkina Faso en vue d’une unité d’actions pour le bonheur des producteurs africains de coton. Cependant , il a déploré la faible représentativité des pays africains dans les travaux de l’Icac.

Par ailleurs, Kai Hughes a informé ses hôtes de l'existence d’un projet portant sur le rendement de la culture de coton en Afrique. Un projet panafricain relatif à l'amélioration de la productivité de la culture du coton en partenariat avec le Cirad et la Fondation africaine de coton.

La question de la redynamisation de la chaîne de valeur du textile en Afrique et en Côte d’Ivoire, en particulier, a été abordée. Le Comité consultatif international du coton (Icac) a été créé, à Washington en septembre 1939, afin d’encourager la coopération dans le domaine du coton, en servant de centre d’échanges pour les informations techniques relatives à la production, la consommation, le commerce et les stocks de coton.

SERCOM


Le 21/09/21 à 21:49
modifié 21/09/21 à 21:49

LES + POPULAIRES

Lutte contre le cancer du sein: Les femmes de Fraternité Matin sensibilisées aux dangers de la maladie Année universitaire 2021-2022 : L’Etat lance le renouvellement et l’attribution des bourses d’études Lutte contre les mutilations génitales : Un institut médico-psychosocial inauguré