CréativeLab 2e édition : Des jeunes formés aux métiers du cinéma

Charly Kodjo (DG Instant2Vie Studio, au micro) a présenté le projet en présence des panélistes et des participants. (Dr)
Charly Kodjo (DG Instant2Vie Studio, au micro) a présenté le projet en présence des panélistes et des participants. (Dr)
Charly Kodjo (DG Instant2Vie Studio, au micro) a présenté le projet en présence des panélistes et des participants. (Dr)

CréativeLab 2e édition : Des jeunes formés aux métiers du cinéma

Le 15/09/21 à 10:08
modifié 15/09/21 à 10:08
La société de production audiovisuelle et cinématographique Instant2Vie Studio, en collaboration avec Golden Lioness Production, a procédé au lancement de la 2e édition d’un atelier de formation dédié aux renforcements de capacités et d’initiation des jeunes aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel dénommé « CréativeLab ». C’était le lundi 13 septembre 2021, dans les locaux de l'entreprise sis au Village Ki-Yi, à Abidjan-Cocody.

Le thème de cette 2è édition est : « Féminisation du cinéma, enjeux et perspectives ».

« Les Ivoiriens sont très créatifs, mais nous pêchons souvent dans la qualité du rendu de nos travaux faute de bonne méthodologie de travail. Ainsi, nous avons décidé de voir certains professionnels du domaine afin de partager leur expérience avec les jeunes », a affirmé Charly Kodjo, initiateur du projet, par ailleurs directeur général de Instant2Vie Studio.

Il ajoute que le programme se déroulera sur 4 mois accompagné de deux semaines de tournage assorties d’un certificat de fin de formation. « A travers ces formations, nous pourrons bâtir ensemble une forte industrie du cinéma », a-t-il souligné.

Pour cette seconde édition, ce sont au total cinquante (50) jeunes (hommes et femmes) qui seront formés aux métiers de l'image, du son, de la post-production, du graphisme, de l’actorat, de la réalisation et du scénario.

Pour l’actrice Khadi Touré, toutes les femmes veulent être des actrices alors qu’elles peuvent être des réalisatrices, des ingénieures de son, des directrices photos. « Si nous avons plus de femmes derrière la caméra, nous aurons des productions plus intéressantes et cela leur permettra de s’assumer et d’avoir confiance en elles. Je vous invite donc à vous former de manière sérieuse et de ne pas hésiter à aller vers les personnes qui sont déjà dans ce métier », a indiqué l’actrice.

Rappelons que pour l’édition précédente, dix jeunes ont bénéficié d’un contrat à durée déterminée sur une production cinématographique panafricaine de TV5MONDE.

(Source Sercom)


Le 15/09/21 à 10:08
modifié 15/09/21 à 10:08

LES + POPULAIRES

Éducation : Des avancées notables enregistrées depuis 2011 Droits de l’homme et citoyenneté : Les enseignants de l’Infas formés au civisme Vaccins COVID-19 : Du rejet à la pénurie, comment la Côte d’Ivoire est devenue un modèle de gestion de la défiance