Taekwondo : Me Jean-Marc Yacé présente son directeur de campagne

Le candidat Jean-Marc Yacé (à gauche) et son directeur de campagne, Me Koné Roel. (DR)
Le candidat Jean-Marc Yacé (à gauche) et son directeur de campagne, Me Koné Roel. (DR)
Le candidat Jean-Marc Yacé (à gauche) et son directeur de campagne, Me Koné Roel. (DR)

Taekwondo : Me Jean-Marc Yacé présente son directeur de campagne

Le 15/09/21 à 01:45
modifié 15/09/21 à 01:45
Le 30 octobre, la Fédération ivoirienne de taekwondo (Fitkd) se réunira en assemblée générale élective. Bamba Cheick Daniel, le président sortant n’est pas candidat à sa propre succession, mais les membres de son bureau, fiers de leur bilan, ont désigné Me Jean-Marc Yacé, ceinture noire 5e Dan comme le candidat du bureau sortant.

Maire de Cocody et passionné des arts martiaux, Jean-Marc Yacé était un des vice-présidents de Bamba Cheick Daniel, celui sur qui il s’appuyait dans ses moments difficiles pour décanter certaines situations. Ce qui lui vaut l’appellation de mécène dans la communauté de taekwondo en Côte d’Ivoire.

Le lundi dernier, au club municipal de Cocody, le candidat, comme général de l’armée, avec une horde de soldats debout derrière lui, a nommé son directeur de campagne. Il s’agit de l’ex-directeur technique national, Me Souleymane Koné, le président du Conseil régional du Kabadougou, connu dans le milieu sous le pseudonyme de Me Roel. Il est ceinture noire 6e Dan.

Un grand maître à qui tous vouent un profond respect. C’est que Me Koné Roel a fait toutes les classes dans le taekwondo national. Il a passé son 1er Dan le 28 décembre 1974. Champion de Côte d’Ivoire (catégorie plumes) de 1977 à 1980, champion d’Afrique 1979 (catégorie Walter), Me Koné Roel a participé à plusieurs compétitions internationales et créé de nombreux clubs et formé autant de taekwondo-in.

Coach adjoint du grand maître Kim Young Tae, lors du mini-tournoi international de Yamoussoukro, en 1981, Me Koné Roel a 70 ans aujourd’hui. C’est un homme consensuel en qui le candidat Yacé a placé toute sa confiance.

« C’est Me Koné Roel que j’ai choisi, mais tous autant que vous êtes, vice-présidents, présidents de Ligue, etc. chacun à son niveau est un directeur de campagne qui ne dit pas son nom. En tout cas, je suis déterminé et ensemble il n’y a pas de raison que nous échouons », a indiqué le candidat déclaré, qui entend dévoiler sa stratégie une fois la campagne lancée.

Candidat du bureau sortant, une tradition

En période de campagne, tous les coups sont permis. Cela dit, il y a des mensonges grossiers que l’on ne saurait passer sous silence. L'assemblée générale du 30 octobre n'a rien d'irrégulier dans sa forme, tout comme dans le fond.

Plus de deux cents clubs réunis en assemblée générale en décembre 2020 avaient déjà tracé le contour de ce conclave 2021. Et puis, c’est une tradition à la Fédération ivoirienne de taekwondo que le comité directeur sortant désigne son candidat aux élections, après un mandat. Cela a été ainsi depuis la naissance de cette fédération.

Paix à son âme, le président Edmond Zegbeyou Bouazo a été proposé par le comité directeur du président Ouassénan Koné. Me Arsène Zirignon au profit de qui Me Gada Fréderic a dû se retirer lors de la consultation du comité directeur, a bénéficié de ce conciliabule.

Mais il arrive que des candidats se rebellent contre cette décision du comité directeur. En 2001, Me Yao Touré Albert a été le choix du comité directeur sortant présidé par Me Coulibaly Siaka Minayaha et Koné Souleymane Roel s’était présenté comme candidat indépendant. En 2005, Me Coulibaly Siaka a manœuvré pour être réélu contre Yao Touré Albert.

En 2009, Me Bamba Cheick Daniel avait été choisi par le comité directeur présidé par Coulibaly Siaka. Mais cela n’avait pas empêché Me Ediemou Christophe et Anzoumana Siaka de se porter candidats indépendants. Cela n’entache en rien les élections de la Fédération ivoirienne de taekwondo.


Le 15/09/21 à 01:45
modifié 15/09/21 à 01:45

LES + POPULAIRES

Éducation : Des avancées notables enregistrées depuis 2011 Droits de l’homme et citoyenneté : Les enseignants de l’Infas formés au civisme Vaccins COVID-19 : Du rejet à la pénurie, comment la Côte d’Ivoire est devenue un modèle de gestion de la défiance