Rentrée scolaire 2021-2022: Le maire de Bingerville met à la disposition de la communauté éducative 3 écoles et une maternelle

Le premier adjoint au maire, Jean-Claude Toka (au centre), procédant à la coupure du ruban. (Bavane)
Le premier adjoint au maire, Jean-Claude Toka (au centre), procédant à la coupure du ruban. (Bavane)
Le premier adjoint au maire, Jean-Claude Toka (au centre), procédant à la coupure du ruban. (Bavane)

Rentrée scolaire 2021-2022: Le maire de Bingerville met à la disposition de la communauté éducative 3 écoles et une maternelle

Le 14/09/21 à 14:06
modifié 14/09/21 à 14:06
A Bingerville, les quartiers N’Gbromin, Anader et Savane bénéficient à l’occasion de cette rentrée scolaire 2021-2022, chacun d’une école primaire. Quant à Gbagba-Sud, il a reçu une école maternelle. Pour un coût total de plus de 250 millions de FCfa.

Ces écoles primaires de 6 classes chacune et d’un bureau pour directeur, sont l’œuvre du député-maire de la commune, Issouf Doumbia qui les a construites grâce au soutien du Chef de l’Etat, Alassane Ouattara. A qui son premier adjoint, Jean-Claude Toka, qui a procédé à l’inauguration de celle de N’Gbromin, ce mardi 14 septembre, a exprimé toute la gratitude des populations de Bingerville.

L'école primaire publique N'Gbromin, l’œuvre de Issouf Doumbia. (Photo Bavane)
L'école primaire publique N'Gbromin, l’œuvre de Issouf Doumbia. (Photo Bavane)



« Nous réitérons au Président de la République toute notre gratitude et notre infinie reconnaissance pour son soutien. La réalisation de chacune de ces écoles a coûté entre 65 et 70 millions de FCfa », a indiqué Jean-Claude Toka. Avant de prendre l’engagement, au nom du conseil municipal, de poursuivre les efforts pour doter l’ensemble des quartiers et des cités d’écoles. « C’est un engagement que nous avons pris devant vous lors des élections municipales de 2018. Notre jeune équipe municipale respectera et honorera ses promesses déjà presque toutes tenues », a-t-il promis.

Aux populations, il a demandé de prendre soin de ces établissements par une gestion participative et inclusive. Une démarche à laquelle le député-maire, Issouf Doumbia, reste attaché.

Heureux, le conseiller pédagogique, Ali Coulibaly, représentant l’inspecteur de l’enseignement préscolaire et primaire, a remercié le député-maire et son équipe. « Vous venez de poser une action de grande envergure dans l’éducation nationale à Bingerville. Vous ne pouvez pas savoir comment ces écoles vont participer à l’éducation et à l’enseignement de nos enfants. Les effectifs pléthoriques des écoles aux alentours seront réduits. Ainsi, les enfants pourront mieux apprendre et les enseignants seront plus à l’aise », s’est réjoui Ali Coulibaly.

Le directeur de la nouvelle école (au centre) heureux de recevoir les clés. (Photo : Bavane)
Le directeur de la nouvelle école (au centre) heureux de recevoir les clés. (Photo : Bavane)



Le directeur de la nouvelle école, Etté Noël, n’a pas manqué d’exprimer toute sa joie avant d’égrener quelques doléances. A savoir, des tables-bancs pour ajouter à celles qui existent déjà, une cantine, un gardien, des poubelles, des magasins autour de la clôture de l’école afin que les fruits de la location servent à entretenir l’établissement et à certaines charges. « Nous sommes déjà à 372 élèves inscrits. Nous disons merci au député-maire et à toute son équipe », s’est-il exprimé.

Au nom des populations, Baba Diarra, président de la jeunesse de N’Gbromin, a dit merci à Issouf Doumbia. Pour lui, le rêve tant caressé pendant des décennies, s’est enfin réalisé. Car, dit-il, les enfants de N’Gbromin parcouraient des km pour aller chercher le savoir. Ce, au risque de leur vie.

Faut-il le rappeler, la première pierre de l’Epp N’Gbromin a été posée, le mardi 6 octobre 2020. Onze mois après, elle ouvre ses portes pour le bonheur des habitants du quartier.



Le 14/09/21 à 14:06
modifié 14/09/21 à 14:06

LES + POPULAIRES

Éducation : Des avancées notables enregistrées depuis 2011 Droits de l’homme et citoyenneté : Les enseignants de l’Infas formés au civisme Vaccins COVID-19 : Du rejet à la pénurie, comment la Côte d’Ivoire est devenue un modèle de gestion de la défiance