La case des mots : Le viol n’est pas drôle !

Le présumé ancien violeur en train de mimer l'action sur le plateau. (DR)
Le présumé ancien violeur en train de mimer l'action sur le plateau. (DR)
Le présumé ancien violeur en train de mimer l'action sur le plateau. (DR)

La case des mots : Le viol n’est pas drôle !

Le 03/09/21 à 15:12
modifié 03/09/21 à 15:12
Qui console la victime du viol, si on rigole avec le viol ? Qui console la victime du viol, si on débite des gaudrioles sur le viol, par pure gloriole ?

Le people, on en raffole, mais pas pour qu’on extrapole. Si on immole nos symboles, nous serons une nécropole.

Ça désole de voir un guignol avoir la parole pour parler de son viol. Folle idée et folle faribole ! Le vol, ce n’est pas une babiole.

Vol et viol ne méritent pas d’auréoles. Le vol, le dol, le viol, ne sont pas des symboles.

Le guignol qui vole, qui cambriole ou qui viole, mérite la geôle. Le vol et le viol sont punis chez l’Espagnol, chez le Créole, chez le Mongol.

Le viol n’a donc rien de drôle ! Du viol, si on en rigole, on perd la boussole. La boussole, on ne l’a pas qu’à l’école.

La parole a le même rôle de boussole que l’école. La parole est même une école. Une parole sans contrôle, c’est une bagnole sans contrôle.

Et une bagnole sans contrôle, ça fait des bricoles. Nos symboles, évitons qu’ils dégringolent.


Le 03/09/21 à 15:12
modifié 03/09/21 à 15:12

LES + POPULAIRES

Éducation : Des avancées notables enregistrées depuis 2011 Droits de l’homme et citoyenneté : Les enseignants de l’Infas formés au civisme Vaccins COVID-19 : Du rejet à la pénurie, comment la Côte d’Ivoire est devenue un modèle de gestion de la défiance